Dernières nouvelles

2023

Comme vous avez pu le constater notre site avait disparu des radars depuis le 10 décembre 2022.

Grâce à l’aide de mon webmaster-neveu Fabien Garnier aussi compréhensif que bénévole , de mon fils et avec l’aide ponctuelle d’une technicienne de chez IONOS notre hébergeur, notre site est rétabli pour l’instant . IONOS a bien failli nous mettre en colère mais….

Avis à tous nos licenciés lecteurs assidus de leur site : Le compte-rendu de notre AG de l’année 2022 est lisible à « LE CLUB » accessible dans le bandeau du haut de la page.

JANVIER

Mardi 31 : Dernière sortie pour le duo des Rouges , pour ce mois-ci bien sûr.

https://www.openrunner.com/route-details/16136425

Cette fois, nous sommes allés jusqu’au lac de Marciac voir si la péniche avait enfin pris son « envol ». Non, elle est toujours en place!

Mystère éclaircie

Heureusement que notre Président si savant et authentique puits de sciences est là pour résoudre les énigmes les plus complexes… La plante qui nous a posé des questions s’appelle MISCANTHUS, que l’on appelle parfois « herbe à éléphant’, et elle a des tas de propriétés intéressantes (voir sur Internet). Par contre, Jean Michel me pris de vous préciser que même en regardant attentivement, il n’a pas vu les éléphants qui vont avec…

Il me signale aussi qu’il a retrouvé  3 piquets de notre  rando des vendanges 2022 . Il pense qu’ ils s’étaient cachés pour éviter qu’on les ramasse et avaient repoussé après notre passage, les coquins.

Attention, ouvrez bien les yeux , il se pourrait que la repousse soit abondante.

 

Samedi 28 : Sortie un peu fraîche

Aujourd’hui , les randonneuses n’auront pas la parole car elles ont été un peu trop coquines lors du dernier CR . C’est donc le randonneur des Rouges qui va rédiger cet article.

Après une étude précise de la météo et du tracé préparé par mes soins, je pars avec ma partenaire préférée pour environ 60 km avec possibilité de raccourcir le parcours si le froid est trop vif pour nos vieux os. Nous partons avec l’idée de bien vérifier les raisons de notre erreur d’orientation lors d’une sortie précédente vers St Mont et de voir ce que sont devenus les plantations de « roseaux » proches du bois de Riscle. Je dis « roseaux »car nous n’avons pas réussi à identifier cette plante à houppe cultivée dans ces champs. Bien sûr , les curieux qui ouvriront le parcours indiqué par le lien ci-dessous trouveront bizarre que nous soyons partis vers le sud alors que St Mont se trouve plutôt au Nord des Rouges. Je les rassure tout de suite. L’étrangeté de ce début d’itinéraire s’explique par le fait qu’il est nécessaire pour nos muscles d’être échauffés avant de monter la 1ère côte en l’occurrence celle de Castelnau Rivière Basse.

Je tiens à préciser que nous avons trouvé la raison notre précédente erreur d’orientation. Pour être juste , il faut signaler que j’ai commis tout de même deux petites erreurs de direction , l’une à Hères et l’autre dans Riscle. En ce qui concerne les fameux « roseaux », ils sont toujours là mais leur mystère demeure.

Finalement une sortie bien agréable au gentil dénivelé . Quelques degrés de température de plus auraient été les bienvenus.

https://www.openrunner.com/route-details/16089984

Mardi 24 : Sont-ils devenus fous?
    Ici, les randonneuses des Rouges qui vous parlent. Figurez – vous que ce matin, avec ce temps presque glacial, vers 11h45, notre patron nous a sorties du garage. Mais quelle idée de nous mettre dehors par cette température ! Lui, il est parti à l’abri bien au chaud. Vers 13h, nos pilotes sont arrivés, nous ont enfourchées et c’est parti. Ils auraient pu attendre le dernier moment pour nous exposer à ce froid! Sûrement que Monsieur désirait que nous soyons à température ambiante. Il nous prend pour ses bouteilles de Plaimont!
    Bon, nous avons froid mais il faut reconnaître qu’ils démarrent à un train raisonnable, le temps que nous nous réchauffions un peu sans doute. A partir de Beaumarchés, eux, ils se réchauffent bien en empruntant une route de crêtes jusqu’à Tourdun mais nous, nous avons toujours aussi froid malgré un faible rayon de soleil. Après nous sommes obligées de convenir que cette route offre un splendide panorama et est un régal pour les amateurs d’espace. En bas de Tourdun, après une descente vertigineuse, nous voilà bien frigorifiées! Nos guides, ça va! Il faut dire qu’ils ont empilé les couches de vêtements bien chauds. La preuve, ils osent même faire une pause goûter. Non mais il n’y a pas idée!          Heureusement l’arrêt est court. Peut-être sont-ils pressés de rentrer? Vers 16h 30 , nous arrivons aux Rouges. Heureusement, notre guide a « l’infime » gentillesse de nous mettre à l’abri dans notre garage. Apparemment, nos propriétaires sont contents de leur sortie et eux n’ont pas eu très froid mais un peu quand même. Peut-être ne sont-ils pas si fous que cela s’ils ont pris du plaisir?

https://www.openrunner.com/route-details/16097037

Vendredi 20 : Sortie nature pour notre duo des Rouges

Ne résistant pas à l’appel du soleil certes un peu timide et frileux, nos deux pédaleurs sortent leur randonneuse engourdie par le froid . L’objectif de la balade est d’aller voir une plantation d’arbres fruitiers en bas de Troncens car lors de leur dernier passage, nos campagnards n’avaient pas réussi à identifier la variété des arbres de ce verger. Arrivés sur place, ils ont constaté que les arbustes étaient toujours petits et rien ne leur a permis de trouver la réponse. Peut-être devront – ils approfondir leurs connaissances en botanique ? Ou bien revenir pendant une saison plus favorable à l’identification des fruitiers ?

Bon, ils sont donc repartis par la rude côte de Troncens. Chemin faisant, ils cherchaient la tournée à droite vers St Justin. Après de multiples hésitations , ils ont fini par emprunté une route de crête mais , bien sûr, pas la bonne. Celle-ci les a conduit vers Cazaux Villecomtal puis Semboues. Un chemin bien de chez nous avec une vue magnifique !

Bien entendu, ils finirent par arriver au bas de St Justin mais pas par le côté prévu. Là , ils ont pris le temps de se restaurer puis ont « filé » vers leur quartier résidentiel.

https://www.openrunner.com/route-details/16041066

Samedi 14: Sortie Point Café à Laloubère
Alléché par l’odeur du café ☕ et encouragé par un temps clément pour la saison, notre duo des Rouges est parti de Lafitole . Ce départ délocalisé s’explique par la nécessité pour nos pédaleurs de rentrer assez tôt pour assister à l’AG de leur club à 18h. Il faut dire que nos deux acolytes font partie des plus anciens licenciés, attention je n’ai pas écrit des plus âgés, ils laissent ce privilège à d’autres. L’aller s’est fait par la D8. A 12h, comme planifié, notre duo est arrivé à la boulangerie de Soues où nos randonneurs ont leurs habitudes. Là , achat de 2 sandwichs ( un pour chacun) puis installation près du lac pour la dégustation. Le repas s’est passé très agréablement dans un cadre idyllique et un calme absolu. Peu après 13 h, nos aventuriers ont repris leur monture et sont partis vers Laloubère. Ils étaient les premiers, ça mérite d’être signalé, l’ accueil du club local a été très chaleureux , cela ne les a pas surpris. Le café bien chaud était digne des plus grands « crus » colombiens et les petits gâteaux succulents.
Après quelques échanges avec les locaux , nos flâneurs sont répartis. Ils sont revenus par Tarbes, Oursbelille, Vic Bigorre et ont fini par être de retour à Lafitole à l’heure prévue. Une fois leur randonneuse chargée dans leur fidèle Berlingo, ils ont repris la route des Rouges. A 18h, ils étaient présents à l’AG prêts à écouter religieusement les paroles de leur Président préféré.

Sorties début janvier du duo des Rouges

Dès leur retour de leur séjour à Rodez , ville qu’ils vous recommandent, nos deux baladeurs ont sauté sur leur randonneuse. Profitant d’une météo favorable, ils ont pédalé les 7,10 et 12 janvier. Lors de leur dernière balade, ils ont allié sport et culture. En effet lors de leur sortie, ils ont fait une halte à la cave de St Mont. Ne souriez pas, ils n’ont pas savouré les vins si chers à ¨Pépé Jean Luc! Mais  ils ont dégusté l’exposition de la peintre  Charlotte de Maupeou à la Galerie Bleue hébergée à la cave.

https://www.openrunner.com/route-details/16046409

https://www.openrunner.com/route-details/15982423

https://www.openrunner.com/route-details/16024247

 

2022

DECEMBRE

Attention la partie Novembre a été enrichie de deux articles envoyés par notre Président  un écrivain ignoré.

Samedi 10  Première sortie hivernale en automne pour notre duo de baroudeurs des Rouges. Il faisait froid mais le soleil était là. Nos randonneurs prudents avaient adopté la mode « OIGNONS » et étaient donc vêtus pour cette température fraîche. Le traceur avait eu la prudence de prévoir un parcours adaptable  en version plus ou moins longue. Il a eu bien raison car vers 16h , le froid devenant plus vif, d’un commun accord, notre duo a raccourci le parcours prévu. Il vous offre la version du circuit réalisé ci-dessous. La partie Cannet – Castelnau –  Soublecause est toujours magnifique à cette saison!

https://www.openrunner.com/route-details/15938022

Vendredi 2 : Petite sortie autour de Tasque les Rouges    peut-être  future capitale du canton.

https://www.openrunner.com/route-details/15910040

NOVEMBRE 

Avis : Votre chroniqueur invite ses amis licenciés à son club de ne pas hésiter à lui envoyer les comptes-rendus de leurs randonnées, si possible par mail .  Il se fera un plaisir de les publier sur ce site qui concerne notre club.

Mardi 29 : Notre duo est de sortie après une étude attentive de la météo de leur experte. Ils démarrent tranquillement pour un prélude en plaine en guise d’échauffement. Dès Préchac, la pluie est là . Certes, elle est fine mais oblige Monsieur a enfilé son k-way, il avait été un peu trop optimiste et l’avait laissé dans sa sacoche. Après cet arrêt impromptu, ils repartent à un rythme aussi cadencé que piano et arrivent en vue de la côte de Termes. Celle-ci est franchie par nos duettiste en deux temps trois mouvements. Ensuite, ils pédalent de concert sur la crête vers Sarragachies. Là , un laisser contre-temps survient, l’un veut continuer sur la crête mais l’autre avait envisagé une descente immédiate vers le plat. Nos duettiste ont vite fait d’accorder leurs violons. Ce sera la plaine donc ils fuguent : « Bas de Maulichères- St Germé – Tarsac- Riscle ». Dans ce beau village, nos pédaleurs font une pause afin de se restaurer. Ensuite, un petit détour par le bois de Riscle puis le chemin des Barthères leur permet de bénéficier d’une véritable symphonie de couleurs automnales. Enfin, leur récital se termine par Izotges puis bien sûr leur retour aux Rouges.

Samedi 26:  5 présents au lieu de rendez-vous. On prend la direction de Rabastens par Auriébat, mais dès Ladevèze, Olivier effrayé par le rythme de ses compagnons choisit de continuer en solo et met la flèche à gauche. Les quatre autres poursuivent et remontent la vallée jusqu’au foirail de Rabastens avant de revenir par les traditionnels Ségalas, Liac… et la petite route le long de l’Echez. Un petit détour jusqu’à la moitié de la côte de Castelnau pour nous assurer que Kévin reste en selle et ne met pas pied à terre, et chacun rentre chez lui. A noter que de Rabastens à Castelnau, le vent a bien été favorable comme prévu et que nous en avons profité contrairement à d’autres ! Mais nous, nous sommes restés prudemment à proximité de Plaisance, là où s’exercent les compétences météorologiques du président; nous ne sommes pas partis pour des contrées lointaines où les données climatiques échappent à toute logique.

Samedi 26 : Notre duo des Rouges a été frappé une nouvelle fois par son virus lacustre. Il est donc parti voir les grues ( les oiseaux) au célèbre lac de Puydarrieux. Départ raisonnablement tôt de Miélan, il a donc effectué la boucle « Miélan – Trie -Puydarrieux – Villembitz- Estampes- Miélan ». Un parcours au dénivelé raisonnable dans l’ensemble mais la côte d’Estampes à Miélan ( avec 2 courts passages à 10%) surnommée « chemin de la Boulangerie » est à éviter. Cette dernière grimpette est due à une erreur de traçage du membre masculin de ce duo ( erreur due ou à son vieillissement précoce ou à son étourderie et un manque de relecture). Enfin leur balade a été fort agréable et ils ont bénéficié d’une météo clémente pour une fin novembre. Bien sûr, ils ont observé longuement l’évolution des grues dont le chant « mélodieux » a bercé leur pique-nique près du lac. Certains de nos licenciés comprendront aisément qu’ils n’aient pas utilisé la restauration locale ( souvenirs, souvenirs) . Un petit détail qui mérite d’être signalé : ils ont attendu tout leur retour le fameux vent du sud-est qui devait les pousser d’après les prévisions de notre Président – météorologue.

Jeudi 24:

Après une douzaine de jours sans rouler en raison des intempéries, j’ai choisi d’aller vers Marciac voir si notre voisine était toujours bien installée autour de sa place.

A la hauteur de la mairie de Ladevèze-Rivière, un chevreuil m’a coupé la route avant de sauter une haie, me refusant clairement la priorité à droite ! Il m’a surpris, mais si j’en crois les enseignements de mon maître en observation de la faune gersoise, il a eu lui très très peur tellement il l’avait blanc…

Le retour par la plaine a été moins mouvementé, les jambes tournent bien et le vélo n’a rien perdu de sa souplesse.

Mercredi 16 : La météo annonce un peu de soleil. Comme il semble qu’il va devenir rare, le fameux duo décide de mettre le nez ( ou plutôt  la cagoule) dehors. Nos deux pédaleurs partent sans itinéraire préétabli. Le guide ( celui qui est devant) décide de partir vers les Pyrénées. Ne soyez pas inquiet, il vise leur partie basse. Très tranquillement , ils arrivent à Maubourguet et font une pause café à la boulangerie car il faut aussi acheter le pain de la journée. Là, Claude est interpellé par une dame qui lui demande très gentiment son nom. C’est l’épouse de Marc longtemps le partenaire de notre guide  à la « charnière » de l’USP. Notre numéro 9 lui demande alors des nouvelles de son 10 préféré. Hélas, elle lui apprend alors son décès en février. Quelle mauvaise nouvelle, vraiment les copains de notre guide partent les uns après les autres. Encore un coup dur à encaisser mais le plus dur a été pour la gentille femme de Marc. Bon, la vie doit continuer! Notre duo repart et décide de retourner aux Rouges. Quelques détours leur permettent d’atteindre la barre des 50 km .

https://www.openrunner.com/route-details/15849943

Dimanche 13 : Le duo des Rouges est sorti par solidarité avec le groupe de pédaleurs du samedi qui n’a pas hésité à parcourir 75 km à une vitesse remarquable ( ou remarquée). Eh oui, aux Rouges tout fini par se savoir!  Tous deux ont fait un circuit court mais qui s’est déroulé à merveille dans la campagne gersoise bien silencieuse. Ils sont allés voir si les vignobles de Maumusson étaient toujours aussi beaux en cette période automnale, ils n’ont pas été déçus.

https://www.openrunner.com/route-details/15842410

Mardi 8 : Les duettistes des Rouges ont mis la pédale dehors malgré un temps maussade mais c’est l’automne. Que notre Président ( celui de notre club pas l’autre), soit rassuré : la pluie et le froid sont des éléments normaux dans notre région ! Ces origines champenoises devraient lui rappeler qu’il peut pleuvoir et faire froid en cette saison. Nos pédaleurs ont opté pour un circuit qui leur permettra de rentrer vite au port si la pluie arrive. Ils ont tout de même grimpé deux côtes. Il faut noter cette progression par rapport à leur sortie de samedi dernier. Ils ont eu le plaisir de voir des chevreuils : un trio en plein centre de St Aunix et un duo imprudent s’est permis de traverser la chaussée sans regarder ni à droite, ni à gauche, à la sortie de Jû-Belloc. Leur balade s’est bien passée. La pluie a été gentille , elle est tombée en petites gouttes éparses. Le vent est resté faible sauf en fin de parcours dans la ligne droite du chemin de Rouges.

Samedi 5:

Bonne surprise à 13 h 30, 5 participants, record depuis la fin du mois d’août. Les trois du samedi précédent sont renforcés par Christel et Kévin. La sortie était annoncée comme tranquille, avec du soleil et sans vent: pour une fois l’organisateur n’a pas menti, c’est à noter dans les annales. Parcours plat donc par Cahuzac et le bois de Riscle avant Tarsac. A l’entrée de Saint-Germé, les 5 croisent du jaune et noir: Colette et Claude ont choisi le même trajet mais en sens inverse. On s’arrête donc pour échanger les dernières nouvelles et quelques plaisanteries, puis chaque groupe reprend son chemin. A Préchac nous quittons le benjamin de l’USP qui remonte à Castelnau (il adore les côtes) et bouclons nos 50 km.

Colette et Claude reprenaient leur sortie après leur très agréable période de « Papimamie ». Eh oui , le temps des vacances scolaires est fini pour eux car maintenant pendant ces vacances, ils remplacent , pour leur plus grand bonheur, les nounous et accueillent tour à tour ou ensemble leurs adorables petits-enfants. Ils ont donc opté pour une sortie de reprise courte à un rythme éfreiné ( non , ce n’est pas une faute d’orthographe mais un concept nouveau). Au final, ils ont 80 km au compteur ou plutôt aux compteurs ( 40 + 40= 80)pour ceux qui ne suivent plus.

Mercredi 2 novembre:

Dédé et Jean-Mi reconstituent le duo infernal, décidément la sortie en semaine n’attire pas grand monde en dehors des deux désoeuvrés ! Comme le temps est toujours superbe, on choisit une sortie un peu plus longue: Auriébat, Rabastens, Sénac et Saint-Sever. Rien de bien difficile mais un fichu vent contraire nous fait mal aux jambes, d’autant qu’à deux les relais reviennent vite. Heureusement, après l’abbaye le vent est favorable, mais au lieu d’en profiter pour musarder, les deux acolytes appuient sur les pédales. Les kilomètres défilent vite jusqu’à Plaisance, 75 au compteur à l’arrivée, mais les jambes sont un peu lourdes… Fallait pas rouler aussi vite mais ils sont un peu maso ces deux-là.


OCTOBRE

Attention , notre Président aussi dévoué que sympathique est en train d’essayer de trouver une date pour l’AG de la saison 2022. Il cherche , cherche mais cela s’avère difficile. Après une erreur de date due à une mauvaise lecture du calendrier de sa part qui lui a été aussitôt pardonnée , il a dû faire fasse à une autre difficulté face à un probléme essentiel : « où manger? ». Entre les fermetures de certains restaurants au jour envisagé  , les exigences d’autres , il a dû faire preuve d’une remarquable persévérance. Finalement, cette AG devrait avoir lieu le samedi 14 janvier 2023 et le repas à « L’Adourable Auberge » à Soublecause.

Samedi 29:

Les deux mêmes accompagnés d’Olivier. Comme c’est sa reprise, nous optons pour un parcours plat et assez classique par la maison des chameaux, Hères, Maubourguet et un retour par Labatut. Beau temps, palombes au rendez-vous, allure modérée mais bavardage assuré. Claudine nous surprend à la terrasse du Ripa Alta et vient partager le pôt de l’amitié. Encore une cinquantaine de km pour terminer ce mois d’octobre.

Jeudi 27:

Dédé et Jean-Mi continuent d’expérimenter des circuits pour la Rando de 2023. Si le grand proposait la boucle par le lac du Lizet, le petit pourrait être le suivant: montée par le domaine de la Rose (ou Beaumarchès), route de crête jusqu’à l’embranchement vers Mascaras, retour vers Laveraët mais avant d’atteindre le village, direction Tourdun et petite route pour rejoindre la route de Marciac à Plaisance, Juillac et Plaisance. Une cinquantaine de km, pas trop de dénivelé et un passage rarement emprunté en milieu de parcours. Seul problème, un mauvais souvenir pour Colette qui avait rencontré un chien peu sympathique avant Tourdun lors d’un 200 km…

Samedi 22:

Après 2 semaines sans sortie de groupe, chacun roulant de son côté ou à la maison, il était temps de retrouver les collègues. La tâche s’annonçait difficile en raison de la multiplication des évènements: un mariage à Plaisance, la soirée de la Colombelle, une vente à Bagnères de Bigorre, une opération du genou, des problèmes de hanche… C’est presque miraculeux d’avoir réussi à trouver 4 Plaisantins disponibles cet après-midi. 2 femmes et 2 hommes, Christelle, Maryse, Dédé et Jean-Mi, parité respectée, s’élancent en direction de Hères, puis de Vidouze avant d’affronter la côte de Monségur. Là-haut une bonne pause permet de digérer l’effort, de reprendre les conversations interrompues le temps de l’escalade, avant de rejoindre Lahitte et Maubourguet.

Après 57 km, les 4 courageux dégustent une bière espagnole (la meilleure du monde selon le panneau d’affichage) tout en regardant opérer le photographe qui immortalise le mariage de Lise et Baptiste. Christian et Olivier accompagnés de Jean-François viennent saluer leurs amis, ils ont troqué leurs tenues cyclistes contre de beaux costumes et promettent de boire raisonnablement…

Ce même jour, les membres du duo des Rouges ont  réalisé une toute petite sortie ( environ 35 km) sans trop s’éloigner afin de vérifier leur état de forme après leur épisode Covid. Ils ont pu constater qu’ils arrivaient encore à pédaler mais n’ont pris aucun : aucune côte, aucune accélération… De toute façon, ils vont laisser les vélos au garage pendant un certain mais cette fois pour une raison bien plus agréable : la garde de leurs adorables petits-enfants. Eh oui, les vacances scolaires vont arriver pour les enfants mais pas pour leurs parents.

Samedi 8 : Encore un trio, mais Christophe a remplacé Serge parti faire du VTT en Espagne. En réponse à l’invitation de nos amis de Saint-Germé, nous avons choisi de rallier le lieu de rendez-vous à vélo, 22 km à allure raisonnable pour retrouver un petit  peloton: 18 seulement, quasiment tous de Saint-Germé. Conduit par le Président Alain, nous sillonnons tranquillement la campagne gersoise, retrouvant pour la première fois depuis bien longtemps Gée Rivière dont la route refaite ferait pâlir d’envie bien des communes !

Après un pot de l’amitié, c’est l’heure du retour par Tarsac, Riscle et la route principale puisque la circulation est presque inexistante (les automobilistes économiseraient – ils leur carburant ?). C’est l’occasion d’initier Christophe aux relais réguliers et nos trois gaillards roulent plein pot (encore un ?) jusqu’au carrefour de Préchac où le groupe se sépare, chacun regagnant ses pénates. 70 km environ mais surtout l’occasion d’entretenir les liens d’amitié avec nos voisins. Le couple des Rouges manquait à l’appel mais Colette avait prévenu qu’elle avait reçu une visite pas vraiment attendue, et Claude confirmait plus tard que lui aussi avait fait connaissance avec monsieur (ou madame) Covid…

Mardi 4 : Sortie 100 km

Aujourd’hui, c’est balade toute la journée pour les pédaleurs des Rouges. L’élément féminin de duo avait envie d’aller voir du côté de Lembeye donc dès 8 h les voilà partis. Le départ se passe sans problèmes sous un beau soleil levant. Bien sûr, nos pédaleurs empruntent les petites routes. Cela leur permet au fil de leur avancée d’apercevoir des lapins au bord de la route, une faisane au milieu du village de Sombrun, deux chevreuils qui dégustent un peu de maïs , un magnifique coq faisan dans la montée vers Lembeye. Avant Sombrun, notre « habile » pédaleur trouve le moyen de laisser tomber son mouchoir dans le dérailleur arrière de sa randonneuse. Le dérailleur est bloqué et la chaîne est coincée dans le pédalier. Confus, il se met au travail car le chantier semble important. Heureusement, il a son couteau et le voilà qui découpe le mouchoir. Avec un peu de temps et bien de la patience, le dérailleur est nettoyé. Il reste à débloquer le pédalier, notre mécanicien amateur étudie le problème et , tout en « douceur » règle ce problème. Ils peuvent reprendre leur chemin et passent devant chez les Menjoulou, personne à l’horizon. La causette attendra. Nos cyclos bien touristes grimpent la côte de Lahitte Toupière puis descendent vers Vidouze avant d’attaquer la montée vers Lembeye. Les malheurs continuent pour le « chanceux » de la journée. Il déraille, enfin son vélo pas lui, mais cela est vite réparé. Sa compagne pendant ce temps monte tranquillement et à la surprise d’être accompagnée par un splendide faisan qui a du mal à la quitter et court sur le bas-côté de la route. Enfin, Lembeye est en vue. Ils finissent par y parvenir. Dans ce beau village , ils adoptent leur programme habituel : le plein des bidons au cimetière (le -mécano en profite pour se laver les mains) puis casse-croûte-café au bar local. Revigorés, ils repartent vers Aire. Allez jouons un peu ! Quel est le bon ordre des villages traversés : Cadillon, Diusse, bas d’Aurensan, Arricau-Bordes, Castillon, Barcelonne du Gers, Conchez de Béarn ? Bien entendu, vous n’avez droit ni à la carte Michelin ni à Internet. Je pense que ce petit jeu permettra à JMC notre Président Champenois de savoir s’il a progressé dans la connaissance de notre région. Nos baladeurs avancent facilement, il faut dire que cette portion Lembeye-Aire est relativement aisée. Bien entendu, notre pédaleur trouve le moyen de compliquer les choses. Peu après Aurensan, le pneu avant de sa randonneuse éclate. Pas de chute, c’est bien mais il faut réparer ! Il se met au travail en pensant à la fameuse maxime « Pneu usé mérite d’être changé !». Allez, un pneu moins usé est mis en place et ça repart. L’arrivée à Aire est bien sûr un peu tardive mais nos retraités ont le temps. Ils sortent leur repas des sacoches, s’installent face à l’Adour et dégustent leur casse-croûte tranquillement. Le moment de repartir arrive. La mise en route est un peu délicate, les muscles sont froids et normalement c’est l’heure de la sieste. Petit à petit , ils reprennent leur rythme de croisière. Ils empruntent le chemin habituel pour rentrer. Tout se passe bien et vers 16h , ils sont aux Rouges. Notre duo est satisfait, le parcours était agréable et la météo favorable. Bien sûr, monsieur n’a pas eu trop de chance mais il doit apprendre à faire plus attention.

Samedi 1er :  Petite sortie pour Dédé, Serge et Jean-Mi qui essaient un parcours qui pourraient devenir un petit circuit pour une prochaine Rando des Vendanges. Rien de bien neuf pour les gens du club, mais le fléchage serait particulièrement simple à réaliser.

Départ de Plaisance pour rejoindre Cahuzac, 10 km de plat, montée vers Cannet et Maumusson (c’est tout droit) et direction Saint-Mont où le ravitaillement se ferait à la cave. Ensuite direction Saint-Germé, petites routes jusqu’à Sarragachies et Termes avant de rejoindre Izotges, Tasque et Plaisance. Les 3 compères qui avaient encore un peu de temps devant eux ont opté pour Pouydraguin, Lasserade et Beaumerchès mais ils n’étaient pas obligés.

Pour le moyen et le grand circuit, détour vers Viella après le ravito ou détour vers Aignan et Lupiac après le passage à Termes. On a le temps d’y penser.

Dédé a une autre idée: pourquoi ne pas envoyer nos invités jusqu’au lac du Lizet, le petit et le moyen coupant avant Bassoues et avant Montesquiou. On va peut-être manquer de pétrole mais pas encore d’idées.

SEPTEMBRE

Vendredi 30 :  Sortie vers Monfaucon du duo des Rouges.

Ce matin, le duo a décidé de se dérouiller et d’aller grimper la côte de Monfaucon. Cela fait un bon bout de temps qu’ils ne l’ont pas empruntée. Apparemment, elle leur manquait. Un départ classique et une traversée de Plaisance un peu originale car monsieur s’est rappelé que ce beau village est celui où il a vu le jour et a donc fait un circuit intra-muros un peu spécial ! Tout s’est bien passé jusqu’au début début de la fameuse côte. Là, le pneu arrière de la randonneuse de madame a eu un moment de faiblesse et a connu les affres de la crevaison. Le réparateur du duo a alors battu son record de temps pour effectuer une réparation. La suite de la balade s’est bien passée et nos pédaleurs sont rentrés enchantés. Au fait la côte de Monfaucon monte toujours dans un sens et descend dans l’autre. Nos pédaleurs ont constaté que l’automne est bien là car de nombreux champs de maïs sont déjà moissonnées.

Dimanche 25 : Notre randonnée des Vendanges

     Hélas, elle n’a pas connu un succès en nombre de participants. Mais, par contre, la météo était plus favorable qu’en 2019.  Les présents étaient de « qualité » : sympathiques, souriants, bienveillants et j’en passe. Notre ami Francis du club de St Germé a hélas fait connaissance avec le bitume  de nos petites routes. Je vous rassure , il va bien et est bientôt prêt à pédaler de nouveau. Il faut signaler que les  65 inscrits venaient tout de même de 5 départements différents dont un du 79.

    Le ravitaillement au Domaine de la Rose a été apprécié en particulier le « bourret » . Nous remercions les propriétaires, la famille Broqua, de ce magnifique endroit pour leur gentillesse et leur compréhension. Leur vin servi lors du repas a également eu un franc succès.

    Notre double fléchage a été apprécié . Oui, double, car nous avions opté pour des flèches peintes au sol mais hélas la peinture ne tient pas si on l’applique sur une route déjà humide. Il a donc fallu repasser pour ajouter des flèches-piquets si chères à pépé Jean-Luc.

    Notre cuisinier bien aidé par son épouse a été encore une fois à la hauteur de sa réputation et son équipe de serveurs constituée de nos licenciés aussi. Les convives ont paru satisfaits.

   Je tiens à signaler que les licenciés de St Germé étaient présents malgré leur fatigue due à leurs festivités de la veille. Certains d’entre eux  étaient si fatigués qu’ils ne sont pas venus pédaler mais nous ont fait le plaisir de  venir partager le repas avec nous. Les Risclois étaient les plus nombreux, merci à eux.

Vendredi matin 23 : Le duo des Rouges est parti sur le petit circuit de notre randonnée des Vendanges de dimanche prochain. Tout s’est bien passé par un temps agréable mais un peu frais. Eh oui, l’automne est là! Ils ont bien profité de ce parcours fort agréable et ont aperçu : trois perdreaux (sûrement de l’année) ,  un splendide faisan et même un vélo couché , celui de l’ami Jean de Maubourguet.

Mercredi 21 :

Les duettistes  des Rouges sont allés voir le lac de Basillon. Ce coin est toujours aussi splendide et peu fréquenté .

D’autres de nos licenciés ont roulé et avaient eux rendez-vous chez Dédé pour une petite virée sur ses routes de prédilection: Lupiac, Peyrusse, Belmont, Bassoues et retour. Des côtes juste comme il faut, du vent juste un peu dans le nez, du bavardage juste pour entretenir la conversation. Zut, on a oublié de dire du mal des autres… Il va falloir recommencer, mais ce sera après notre 10 ème Randonnée des Vendanges qui approche à grands pas.

Dimanche 18:  Seuls nos amis Jean-Michel et Kévin étaient présents à Madiran pour la randonnée du club local. Ils ont passé une agréable matinée et ont été reçus royalement par ce club voisin et ami. Nous essayerons d’être plus nombreux l’année prochaine et ainsi retrouvé les bonnes habitudes. L’organisation par les Madirannais est toujours aussi conviviale que sympathique.

Notre Président Jean-Michel précise : Deux volontaires seulement. Rendez-vous à Castelnau pour Kévin et Jean-Michel pour gagner l’école de Madiran. Ils trouvent deux compagnons pour entamer la randonnée, mais dès la montée vers Cannet, ils se retrouvent seuls pour rejoindre Riscle, Saint-Germé et Saint-Mont. Le ravitaillement annoncé au domaine de Laougué a lieu en pleine nature, mais les deux Plaisantins mangent et boivent tout de même avant de reprendre la route. La montée vers la crête de Viella est un peu dure pour Kévin, mais il se refait une santé par la suite, apprécie comme son compagnon la saucisse grillée et le verre de Madiran, et monte allègrement la côte de Castelnau. Il annonce toutefois que l’après-midi sera consacré à la sieste mais il a fort bien assuré sa deuxième randonnée.

Comme d’habitude, accueil chaleureux de nos amis de Madiran, beau parcours et fléchage précis même si quelques participants, nez dans le guidon ou plongés dans leurs discussions ont quitté le parcours et manqué le ravito. Pour cette fois, ce n’était pas nous !

Samedi 17 : Les pédaleurs des Rouges ont fait le moyen parcours de la randonnée de Madiran car le dimanche ils étaient pris . Cette avant-première s’est bien déroulée. Ce circuit au milieu des vignobles était splendide et pas trop ardu si on savait prendre le temps et ça notre duo sait le faire.

13, 14 et 15 : Balade le « long » de la Baïse  pour nos « voyageurs » des Rouges

        Ils ont préféré se mettre au vert avant le week-end chargé de notre Randonnée des Vendanges. Vous aurez peut-être bientôt le tracé de leur périple : Tasque les Rouges-Condom-Trie sur Baïse-Tasque les Rouges.

Samedi 10 : Randonnée d’ORLEIX

Belle affluence pour la randonnée d’Orleix, 167 participants dont trois vaillants Plaisantins, Christophe, Dédé et Jean-Michel. Enfin vaillants, c’est vrai pour les deux premiers mais pas trop pour le troisième. Tout s’est bien passé jusqu’au lac d’Arrêt Daré, mais dès le retour sur Goudon, l’ancien du groupe commence à râler après Christophe qui reste dans les roues ou prend 100 m d’avance quand on lui demande un relais… La mauvaise humeur n’est pas un bon signe chez le Champenois qui est habituellement plutôt jovial ! Et effectivement, entre Goudon et Meilhas, il commence à traîner sa misère, la côte lui semble interminable. Les choses s’arrangent jusqu’à Osmets grâce à un profil moins accidenté, mais au ravitaillement il remplit son bidon vide et boit 3 grands verres de Coca, chose rare chez lui. La montée vers Bouilh Devant et en particulier une brève mais rude montée vers un relais lui restent dans les jambes. A partir de Saint-Sever, c’est une longue galère: des crampes dans les deux jambes, le dos et les bras endoloris, la nuque raide, la position assise insupportable, tout va mal, l’impression d’être sur un vélo pas à la bonne taille.

Le retour par Castera-Lou, Soreac et Dours est un long calvaire, Dédé devant pousser le vieillard dans les côtes pourtant modestes de ces localités. A l’arrivée, nouvelle ruée sur le Coca après avoir vidé un deuxième bidon ! Coup de chaud ? Déshydratation ? Vieillissement prématuré ? Changement du régime alimentaire selon l’avis d’un ami du Sage des Rouges ? Pourtant la semaine de cuisine chinoise à Paris, c’était si bon… En tout cas, un grand merci à Dédé et à Christophe pour m’avoir attendu et surtout à mon compère de Louslitges pour son aide précieuse dans les côtes.

Une très belle rando, avec un circuit superbe, un fléchage parfait et un accueil sympathique que je n’ai pas pu apprécier comme j’aurais dû. A l’année prochaine.

Un peu de VTT par l’intermédiaire de Serge. La mise sur ce site a été longue car votre serviteur a eu quelques difficultés techniques.

Mois de septembre

 

Mois de mai

En début de mois, vos chroniqueurs habituels prennent  leurs vacances de rentrée des classes. Donc, notre site restera muet.

AOÛT

Semaine du 22 au 28 

Dimanche 28 : Randonnée landaise ( mais ni vachettes ni écarteurs)

Notre Président vous informe : Kévin est partant pour sa première randonnée organisée par un autre club, ce sera pour le « petit parcours », 69 km tout de même avec 4 bosses au programme. A notre arrivée à Aire, nous croisons Colette et Claude qui entament leur circuit, il y a les gens qui se lèvent tôt et les autres. Nous partons en compagnie de 10 autres cyclos, de Saint-Germé, de Riscle et d’ailleurs mais leur allure ne nous permettra jamais de retrouver le duo des Rouges. Nous leur faussons donc compagnie, accélérons la cadence et finissons par apercevoir du jaune à l’horizon. Ca y est, la délégation plaisantine est au complet et peut papoter gentiment jusqu’au ravitaillement d’Eugénie. Le départ se fait en ordre dispersé et sans les deux spécialistes, les erreurs commencent: en haut de la côte d’Eugénie: la plupart des gens de Saint-Germé tournent à droite, ayant lu qu’ont passait à Saint-Loubouer. Avec Alain Lamotte, nous sommes perplexes, aucune flèche ne nous invitant à prendre cette direction. Suivant la majorité, nous nous inclinons (ils sont déjà 200 m plus loin) et empruntons une jolie descente. Mauvais signe, quand ça descend fort, en général ça remonte ! Et effectivement. J’annonce à Kévin qu’il y aura donc 5 côtes au lieu de 4 mais il n’a pas l’air inquiet. Pour l’instant… Parce qu’après Vielle Tursan et Castelnau Tursan il trouve que le terrain n’est vraiment pas plat dans les Landes. Les 50 premiers km, ça allait, mais ceux qui restent sont bien longs, en particulier la montée près d’Eugénie. J’ai beau lui dire que pour une fois il n’aura pas à remonter la côte de Castelnau, les jambes sont lourdes. Heureusement, il y a une bonne surprise pour finir: notre erreur de parcours nous a imposé une bosse supplémentaire mais a raccourci le trajet de 4 km. Avons-nous gagné au change ? Kévin était fatigué mais très fier de l’avoir fait. Bravo à lui. Nous n’avons pas revu Colette et Claude, mais un message de Serge nous a appris qu’il est venu en solo saluer ses amis d’Aire. Un petit tour de 80 km à 27 de moyenne, nous ne roulons pas dans la même catégorie.

Notre secrétaire des Rouges complète modestement cette version présidentielle  :

Le duo des Rouges part, en voiture, dès 7 h en direction d’ Aire sur l’Adour afin de participer à la randonnée organisée par le club local. Après une inscription éclair et un bon café offert par le club aturin, les vélos sont descendus. Après avoir salué quelques cyclos de leur connaissance, nos deux randonneurs partent en mode croisière comme d’habitude. Dès le départ, ils aperçoivent leur Président et Kévin qui arrivent sur les lieux. Jean-Michel  n’est décidément « du matin ».  Nos « tortues » connaissent bien le parcours proposé : Cazères, Larrivière. Dans la montée vers Eugénie , ils ont l’agréable surprise d’être rejoints par leur Président accompagné de Kévin l’un des chevaliers de Castelnau qui leur apprend que le second est pris par une visite à sa famille. Ils roulent tous les quatre de concert jusqu’au ravitaillement d’Eugénie les Bains. Là, ils reprennent quelques forces en grignotant quelques victuailles et se désaltèrent. Ils repartent en deux groupes, le duo reste prudemment en retrait laissant filer les deux flèches jaunes. Hélas, peu après, la randonneuse de notre cyclote a son garde-boue qui se transforme en garde-fou. Imaginez – vous que ce diable d’accessoire se met à frotter à la roue. Le randonneur essaie de remédier à cet incident mais il tombe sur un récalcitrant aussi têtu que lui. Après quelques essais infructueux de réparation, les deux comparses décident de se contenter d’une «réparation partielle » et de rejoindre Aire par le chemin le plus court. Vers 11h, ils arrivent à bon port.

Semaine calme ensuite, Dédé s’est fait manipuler, Christian est occupé, Michel et Muriel vont débroussailler le parcours du trail épicurien , le duo des Rouges est à fond en mode papi-mamie et les autres ont la flemme.

Semaine du 15 au 21 août

Dimanche 21Est-ce le fait d’annoncer une sortie tranquille ? En tout cas la formule a séduit puisque nous sommes à nouveau 10 à l’heure du départ. Presque aussi bien que pour Vivons Vélo. Du plat comme prévu, une petite côte tout de même, celle de Termes, avant de rester à flanc de colline jusqu’à Maulichères, puis de rouler tranquillement comme promis sur le plat. Le parcours est connu de tous et les discussions vont bon train jusqu’à Saint-Germé et Riscle. Là le guide (suprême?) propose Balembitz crête, tout le monde suit à l’exception d’Olivier qui préfère la plaine. Après une pause dégustation, retour à Plaisance par Cahuzac et Préchac, pôt au Ripa Alta où une Anglaise nous accepte à sa table, permettant à Dédé de renouer avec la langue de Shakespeare et d’éprouver son charme irrésistible. La dame repart avec une photo de notre groupe, elle en a de la chance…

Lundi 15 août : Encore un lac  , enfin presque, pour le duo infernal !

Cette fois, c’est la randonneuse du vieux cyclo des Rouges qui vous écrit. En ce jour férié , ma compagne randonneuse et moi-même pensions passer la journée tranquille bien à l’ombre au fond de notre garage douillet. C’était sans compter sur l’humeur vagabonde de nos pilotes. En effet, vers 7h30, monsieur nous met dehors! Cela sent la sortie! Effectivement, un peu après, les voilà qui nous enfourchent et c’est parti. Tout de suite, je me rends compte que nous allons en direction des Pyrénées. J’avoue que je n’ai pas trop envie d’aller souffrir en montagne. Notre duo se dirige vers Tieste et là nous prenons la D8. Nos cyclos adoptent une allure tranquille. Nous finissons par arriver à Bours et là je me rends compte que nous tournons en rond. Nous avançons, faisons plusieurs fois demi-tour. Nos guides ont-ils perdu la boussole ? J’essaie de capter leur conversation. Je finis par comprendre que nous cherchons le lac de Bours. Le problème est que nos pauvres cyclos ne savent pas s’il est devant, derrière, à droite , à gauche… Enfin, ils aperçoivent un bout de plage mais cette dernière est à l’abandon et de plus inaccessible. Eh voilà, Google Maps ne dit pas tout! Nous finissons par « atterrir » au Jardin Massey à Tarbes. L’heure du repas n’est pas loin donc c’est parti pour la recherche de ravitaillement. Cette mission est le domaine de mon maître. Il a vite fait de trouver une boulangerie-pâtisserie et de faire ses emplettes. Là, retour dans le parc du Jardin. Nous finissons appuyées à de majestueux arbres bien à l’ombre. Nos « aventuriers du lac perdu » mangent leur pique-nique bien assis sur un banc entourés de pigeons, paons, canards et autres volatiles. Ça y est , ils boivent le café , l’heure de la fin de notre pause arrive. Nous voilà repartis dans l’autre sens. Comme nos cyclos sont plutôt du genre têtu , nous reprenons la direction de Bours et arrivons finalement à un beau lac. Certes un lac mais  c’est celui de Bazet! Mais nos amateurs de sites lacustres sont satisfaits. Un petit tour de lac et nous repartons vers notre garage. Monsieur a décidé de ne pas reprendre la D8. Personnellement, je ne suis pas étonné, il n’aime pas faire l’aller-retour par les mêmes routes. Comme d’habitude, il improvise et cela nous vaut quelques volte-face dans Bazet. Sous ses conseils aussi pertinents qu’avisés, nous nous retrouvons dans l’impasse du cimetière. Je sais Jean-Michel, ces deux mots sont un rien antinomiques , quoique ! Bien entendu, mon pilote averti se décide à demander conseil à un jeune cyclo local qui passe par là. Cet aimable adolescent lui indique comment prendre la bonne direction. Enfin, nous pouvons reprendre le cours de notre balade. Les petits villages défilent : Sarniguet, Marsac, Camales, Artagnan, Nouilhan, Larreule la Magnifique et enfin Maubourguet. Là, la pause-café (accompagné d’un pain aux raisins) de nos deux vagabonds nous permet , nous pauvres engins obligés de travailler un 15 août, de prendre un peu de repos près de leur bar habituel. Si j’ai bien entendu, l’une des serveuses est Plaisantine d’origine, ceci explique sûrement, vu le « chauvinisme » de mon pilote, ces arrêts répétés en ce lieu. Après de charmant village , nous retrouvons la D8. Tiens plus de détours! Les jambes de mon vieux seraient – elles un peu lourdes ou fatiguées ? Peu après nous retrouvons le Gers et ses routes si douces. Enfin, nous voilà de retour dans notre garage préféré. 111Km au compteur au lieu des 90 initialement prévus, est-ce bien raisonnable !

 

Semaine du 8 au 14 août

Samedi 13:  Randonnée du vin à Jegun

Le Champenois de la Rivière Basse et les deux frères des côteaux ont décidé de répondre à l’invitation des Mousquetaires de Jegun, et ils ont le plaisir de découvrir Colette et Claude sur le parking. Nous allons les suivre et les retrouver avec un temps de retard: d’abord aux inscriptions alors qu’ils boivent leur petit café. Ensuite après quelques km sur le circuit commun, mais nos chemins divergent: tandis qu’ils préfèrent le vert, nous voyons rouge. Les 20 premiers km nous conduisent dans de petits chemins très accidentés, très mal entretenus si bien que nous roulons à peine plus vite dans les descentes que dans les montées. Au ravitaillement de Lavardens, nous retrouvons notre duo des Rouges, déjà repu, qui reprend la route. Quelque temps plus tard c’est notre tour, et dans une bosse nous apercevons au loin deux maillots jaunes: on les tient ! Un petit brin de causette et les deux groupes reprennent leur vie. Après une incursion vers Saint-Orens Pouy Petit, c’est Valence sur Baïse où nous faisons une pause pour nous alléger et nous restaurer. Christian repart le premier et, au moment où nous quittons la grande route pour de petits chemins, nous ne le voyons plus devant nous… aurait-il manquer une flèche ou est-ce nous qui faisons fausse route ?

La découverte du point d’eau nous rassure mais Christian n’est pas passé, on l’a perdu. Par contre on a retrouvé Claude et Colette qui nous ont précédés de quelques minutes, et nous les rattrapons effectivement quelques km plus loin. Le temps de leur raconter que nous avons perdu un tiers de notre groupe, une fusée nous dépasse: revoilà Christian qui a pris quelques libertés avec le parcours. Il n’est pas le seul d’ailleurs puisque le duo a quitté le circuit vert pour adopter une route de traverse et rejoindre le bleu… leurs bidons devaient être vides. Un petit bout de chemin ensemble et le bleu et le rouge se séparent: Claude et Colette savent ce qu’ils veulent faire, les trois autres s’arrêtent pour une assemblée générale: discussion, vote, dépouillement des bulletins, finalement on rentre par le bleu, on sait que la côte de Jegun nous attend. On rejoint le duo et chacun rentre à son rythme, la côte de Jegun ne s’annonce pas si redoutable et les 83 km ont été avalés. Superbe parcours avec de nombreux passages ombragés, de bonnes routes à l’exception de la boucle rouge initiale, et bien peu de cyclos sur la route: nous étions 135, on a été dépassé par deux, on en a dépassé six ou sept, où étaient les autres ? Il faut dire que s’ils ont respecté les circuits autant que les gens de Plaisance…

Le fameux duo, dont parle ci-dessus notre Président, tient à préciser qu’il a simplement suivi le parcours moyen à la lettre sauf un petit détour pour aller se ravitailler en eau. Cette option leur avait été aimablement conseillée par l’organisatrice de 2 ème point d’eau dont le cubitainer était à sec. Effectivement ce duo a été enchanté de rencontrer nos 3 Mousquetaires Plaisantins qui n’étaient pas 4, il faut bien qu’ils se fassent remarquer ou alors ils ont oublié que les 3 vrais et authentiques étaient 4! Il a été un peu interloqué par le comportement de ce trio qui était devant eux puis derrière eux puis de nouveau devant . Mais nos duettistes comme ils connaissent bien le guide de cette brochette n’ont pas été trop surpris. Petite précision, sur le retour de Jegun , notre duo a pique-niqué a Vic-Fezensac. Mais , chat échaudé craignant l’eau chaude, le ravitailleur a regardé les prix des victuailles avant de faire ses emplettes. Comme quoi, il retient certaines leçons! ( voir épisode du 14 juillet).

Mercredi 10: Balade vers le lac de Lizet

Les deux compères proposent à Christian et Serge d’aller voir le lac du Lizet que notre initiateur des Rouges nous avait fait découvrir et où nous retournons régulièrement. La route est bonne, peu fréquentée mais pas vraiment plate: après la côte de Beaumarchès, c’est Bassoues, la Barradé et Montesquiou. Après avoir tourné à droite, c’est encore plus calme, nous ne rencontrons personne jusqu’à Saint-Christaud et nous avons le temps de raconter à nos deux compagnons les souvenirs liés à ce parcours. Le jour où Dédé, voulant consulter son compteur, a quitté la route et roulé sur un tas d’herbe fraîchement coupée qui l’a envoyé au tapis. Le jour où Jean-Pierre le Jeune, voulant emprunter un raccourci près de Pouylebon parce qu’il avait mal aux jambes, nous a emmenés dans une méchante côte qui l’a achevé. Le jour enfin ou Gérard, épuisé par toutes ces côtes, a décidé qu’il n’irait pas plus loin que Marciac et appelé au secours Maryse qui lui a permis de finir le parcours en voiture alors qu’il ne restait que du plat. Vraiment ce lac mérite le détour ou les détours!

76 km, une jolie balade de l’avis de tous, et l’envie d’en faire d’autres, au lac d’Arrêt Daré par exemple.

SEMAINE DU 1er au 7 

Dimanche 7: 

Dédé, Jean-Mi et Serge retrouvent Christophe à la Maison des Associations. Pour changer des dernières sorties, c’est vers Lembeye que nous nous orientons: 1ère montée vers Castelnau, 2ème vers Crouseilles puis 3ème jusqu’à Lembeye. Christophe qui a été fringant jusqu’à Crouseilles adopte son propre rythme, et nous revenons par le lac de Bassillon, Vidouze, la côte de Monségur, Caixon, Lafitole et Maubourguet. Les 3 moins jeunes rentrent tandis que Christophe musarde un peu en chemin, les retrouvailles se font autour d’une pression. C’est fini pour aujourd’hui, sauf pour Christophe qui se rend au vide-greniers avant d’affronter la côte de Castelnau qu’il connaît par cœur mais qui fait toujours mal aux jambes: 75 km pour les 3 vétérans mais plus de 90 pour le plus jeune.

Jeudi 4 août:

Avec les vacances, nous sommes un peu plus nombreux, enfin un tout petit peu, 5 présents puisque Christel et Olivier ont un bon de sortie. Pour ne pas les traumatiser, on opte pour un parcours ni trop long, ni trop difficile, et commençons notre périple par un passage à Marciac pour saluer nos compagnons qui travaillent sur le stand de Plaimont. Après un brin de causette, c’est la Saubolle, le chemin de Sauveterre où Olivier nous quitte pour couper vers Estirac, Lafitole et Maubourguet. Comme prévu nous nous regroupons au virage d’Estirac et le groupe explose sur la ligne droite conduisant à Plaisance: Serge et Dédé prennent les devants, Christel et Olivier bavardent tranquillement et le Président passe du 1er groupe au second. Ensuite c’est encore plus dispersé, Serge accompagne Dédé jusqu’à Mondébat avant de faire un détour par le château de Couloumé, Jean-Michel fait une incursion à Tieste avant de prolonger vers Beaumarchès et nos deux flâneurs continuent jusqu’à la capitale. Kilométrage propre à chaque participant, de 55 à 73, à des rythmes tout aussi variés.

Mardi 2 : Aujourd’hui , j’ai décidé en plein accord avec moi-même d’utiliser le « je ». Je suis parti de bon matin avec mon épouse faire une balade vers Montesquiou où sont situés les  terres de mes travaux agricoles passés. Le trajet se déroulait parfaitement à notre rythme et par une température encore fraîche lorsque, tout à coup, ma randonneuse ( mon vélo) m’a trahi dans une petite remontée. Un brusque saut de chaîne m’a laissé planté là. Cela arrive rarement et je m’apprêtais à remettre rapidement tout cela en place  mais , hélas, cette diable de chaîne était cette fois bien coincée. J’ai tiré, poussé, dévissé, râlé un peu mais rien à faire. Heureusement 3 cyclotouristes, l’un que je connais bien et deux inconnus,  sont arrivés et m’ont gentiment proposé leur aide. Nous avons uni nos efforts, nos outils et après maints efforts cette coquine de chaîne a enfin cédé et a accepté de reprendre sa place. Mes sauveteurs ont pu reprendre leur route et nous deux avons pu continuer notre balade. Arrivé à Bassoues , j’ai commencé par aller me laver les mains car comme d’habitude lors des réparations elles étaient aussi noires que des pieds. Nous ne passons jamais dans ce joli village sans nous arrêter à son bar restaurant où nous sommes toujours reçus cordialement. Encore une fois, nous avons eu droit au  » café + verre d’eau + bouteille d’eau fraiche  pour remplir les bidons » .  Bien désaltérés, nous avons pu repartir . Un peu plus loin, j’ai pu apercevoir les champs où j’ai bien transpiré, durant mes vacances laborieuses , à aligner, charger et décharger  les bottes de paille ou de foin. J’y ai même joué au berger et au vacher.  A partir du terrain de rugby , nous avons retrouvé la plaine de l’Osse Nous avons aperçu les célèbres taureaux de combat d’un de mes anciens équipiers mirandais et bien sûr mon potentiel manoir ( seuls les initiés comprendront ). Après nous avons gravi la côte de Tillac et il a été l’heure du casse-croûte. Je suis donc allé acheter deux sandwichs faits maison à l’épicerie locale . Nous les avons dégustés bien à l’ombre dans un coin pique-nique que ma coéquipière avait repéré . Après le repas, nous avons fait une pause fraîcheur ( remplissage des bidons puis bon trempage de nos bandanas) . Nous sommes rentrés tranquillement par Marciac, Juillac, Plaisance et Galiax et avons retrouvé la fraîcheur de notre demeure heureux de notre balade et aussi de nous mettre au frais car le soleil commençait à taper fort.

Claude des Rouges

JUILLET

SEMAINE DU 24 AU 31

Dimanche 31:

4 participants à nouveau, mais les têtes ont changé. Christophe et Kévin se joignent à Jako et au  Champenois. Nous choisissons l’option Marciac pour vérifier que nos « amis de Saint-Mont » sont bien au travail; Philippe et Martine sont bien présents et nous restons un moment à bavarder des changements survenus à Jazz in Marciac. Au moment de reprendre la route, Jako se sent bien là et décide de ne pas nous accompagner et de rentrer par le plat. C’est donc un trio qui affronte la Saubolle, pique au sud avant de bifurquer vers Sauveterre et Lafitole, puis rejoint le bas de Castelnau par les petits chemins tranquilles. J’ai accompagné mes deux jeunes amis jusqu’à mi-côte, la descente vers Mazères m’ayant irrésistiblement attiré alors qu’ils devaient continuer à monter par une température qui faisait de même. 65 km, c’est bien pour une fin de mois !

Samedi 30 :   Sortie Jazz-vélo

       Le duo des Rouges est allé jusqu’à Marciac rendre une petite visite au festival de Jazz. Il n’a pu entendre qu’un peu de musique car les horaires de leur sortie ne coïncidaient pas beaucoup avec les moments musicaux du festival off. Nos deux compères ont donc flâné dans les rues et en ont profité pour aller voir une exposition photographique. Leur courte escapade s’est déroulée comme sur des roulettes.

Mercredi 27  : Vélo-expo pour le duo des Rouges
       Nos pédaleurs amateurs d’art sont allés , en vélo bien sûr, visiter l’exposition d’un peintre local au Carmel de Tarbes . Ce musée est situé à côté du Jardin Massey. Ils ont trouvé cette exposition fort agréable et y ont été reçu fort agréablement. Après un bonne salade  diététique à base de légumes uniquement, ils sont allés voir les magnifiques massifs floraux du Jardin Massey et ont bien profité de l’ombre des splendides arbres . Les paons, pigeons, canards… les ont accompagnés dans leur déambulation.  Au niveau pédalage, tout s’est bien passé et nos deux randonneurs ont bien constaté que l’aller est plus difficile que le retour.
aller : https://www.openrunner.com/route-details/15212680

retour : https://www.openrunner.com/route-details/15212735

expo-carmel-pujo
Philippe Pujo a 41 ans, il vit et travaille dans les Hautes-Pyrénées. Pour son exposition au Carmel, Philippe Pujo a choisi, en concertation avec l’équipe du musée Massey, de mettre en avant la richesse du patrimoine artistique des Hautes-Pyrénées. Par sa démarche, l’artiste invite le spectateur à déambuler entre la salle du Carmel où il présente ses œuvres, et le Musée Massey. Il souhaite déconstruire ces toiles pour en tirer des œuvres-témoins de son parcours de peintre à l’instant précis, de ses interrogations actuelles sur la place de la composition, du modelé, du récit, de la raison et du sensible, du Dionysiaque et de l’Apollinien, de toutes ces choses qui lui semblent ressurgir dans les préoccupations des artistes actuels en général, et des siennes en particulier. Les œuvres de cet artiste sont donc autant de jeux de pistes entre voir, faire voir et savoir-faire.  Un travail dont le but est de retrouver le chemin de l’œil et de la main…

Mercredi 27:

Nouvelle sortie délocalisée au départ de Louslitges, les deux compères sont rejoints par Christian et Serge. Cette fois encore ce sont les routes du nord qui voient passer le petit peloton aux couleurs de Plaisance, mais dans l’autre sens: Peyrusse Vieille, Castelnavet, Aignan et une petite incursion en direction de Dému avant de traverser Le Parré, à nouveau Castillon Débats et le bois de Mazous dont l’ombrage rafraîchit notre quatuor avant la remontée à Peyrusse Grande. La fin de parcours se fait à une bonne allure avant la dégustation d’une nouvelle bière. 68 km au compteur et la provision de bière de Dédé est bien entamée…

 
SEMAINE DU 17 AU 23 

Jeudi 21 : Le « fou » des rouges a repris ses 200 en raison de la mission a effectuée dans le cadre de « Vivons Vélo ». Pas si fou que ça , vous verrez qu’il a emprunté un circuit facile au niveau du dénivelé. Ce 200 a été un peu spécial. Il s’est déroulé par étapes . D’abord le prologue a été fait  en duo et devait permettre d’effectuer environ 50 km.  « Devait » car  la fin de ce premier trajet a été interrompue car le plombier des Rouges a appelé au téléphone « Tonton services ». Il avait besoin d’un petit coup de mains mais assez urgent. Donc, notre duo a pris le trajet le plus court afin d’aller aider le pauvre Nico en manque de main d’œuvre ( heureusement pour lui  pas forcément qualifiée) . Une fois, le dépannage terminé, le rouleur fou est reparti. Il lui restait environ 160 km à effectuer. Il les a faits sans trop de problèmes. Certes, le soleil chauffait mais il connaissait bien le parcours et a pu remplir ses bidons régulièrement. Il a bu, bu et encore bu. Il a même régulièrement refroidi sa cafetière à l’aide de son bandana bien mouillé. A Marciac où il a dégusté le café anti-sieste de l’après-midi , il a eu le plaisir d’être servi par une charmante jeune fille qui était une de ses nombreuses nièces. Bien sûr, il a un peu bavardé avec elle et a « perdu » un peu de temps mais la moyenne ne compte pas dans ce cas . Finalement, notre pédaleur a rempli sa mission et son compte « Vivons vélo » lui a accordé généreusement 1000 points.

https://www.openrunner.com/route-details/15212145

Mercredi 20 juillet:

Dédé n’ayant pas trop envie de sortir sa 2 CV, nous faisons donc une sortie délocalisée depuis Louslitges. Cap vers le nord, Belmont, Castillon Débats, Lupiac. Le Champenois réalise que 19 ans après son installation dans le Gers, il n’est jamais descendu au lac de Lupiac: c’est l’occasion de réparer cet oubli, de déguster un café allongé et un verre d’eau fraîche (ce n’est pas le monopole de Bassoues) et … de remonter au village avec un passage à 15 % tout de même. Le retour par Peyrusse permet de boucler 57 km bien agréables et de boire une petite bière avant de se séparer.

Mardi 19 :   Le duo des Rouges a décidé de faire une sortie « Fontaine » pour célébrer la « fin » de la canicule. Pour les locaux, ils sont allés à la fontaine de Përras mais n’ont pas vu le grand Jacques dans les champs.

https://www.openrunner.com/route-details/15174811

Dimanche 17:

Seul Philippe a retrouvé son vélo pour une sortie annoncée paisible. Nous partons donc à deux pour un tour tranquille en direction de Vidouze. Là, il faut choisir, la côte de Lahitte, celle de Monségur ou celle de Castéra-Loubix. Finalement on opte pour le trajet le plus court car il commence à faire chaud. Après une montée un peu laborieuse et une pause au sommet, nous rentrons par notre route fétiche sur les bords de l’Echez avant d’aller déguster une bière chez Claire où nous retrouvons Gérard et son ami Jean-Pierre Lassis. Ce dernier, tout nouveau retraité, envisage de venir rouler avec nous d’ici quelques semaines, après avoir repris son vélo qu’il n’a pas touché depuis 6 mois. Bienvenue à lui, c’est quand il voudra.

 
Samedi 16 :  Le duo des Rouges a réalisé  le  matin une sortie cyclo-culturelle jusqu’à Maubourguet pour aller admirer l’exposition photographique mise en place en extérieur. Il vous recommande cette expo que vous y alliez à pieds, en vélo, à cheval ou en voiture.
MAUBOURGUET
Un exemple rafraîchissant en cette période de canicule
Jeudi 14:

5 Plaisantins ont répondu à l’invitation de nos amis d’Eugénie les Bains. Tandis que Christel optait pour le petit circuit, les 4 garçons se lançaient sur le grand. En réalité, trouvant la compagnie de dames de Maubourguet et Villecomtal, Christel a fait le moyen, 62 km au lieu de 45, tandis que Serge, Dédé et Christian étaient lâchement abandonnés par un président défaillant ! Dès la 2ème côte les jambes n’ont pas voulu assurer leur travail, les descentes et le plat lui permettaient de recoller mais après Miramont, 55 km et une dizaine de montées, il a bien fallu constater que monsieur Covid n’avait pas fini de sévir et que chacun vivrait sa vie. Alors après Geaune, tandis que les 3 lascars poursuivaient leur chemin, leur compagnon tournait vers Bahus-Soubiran et profitait de la route ombragée le long du terrain de golf. Même en apprenant qu’il  y avait un autre ravitaillement après 75 km, aucun regret. 73 km seulement au lieu de 83, est-ce bien grave ?

Ce même 14 juillet: La formule « Tortue »

De bonne heure , le duo des Rouges est parti en mode tortue à Eugénie. Il a pris la Grande Route de Cahuzac à Riscle et de St Germé à Aire car la circulation y était quasi nulle. Cette chaussée parfaitement goudronnée , légèrement en faux-plat descendant ( dans ce sens) est donc très confortable pour les pattes de nos tortues et pour atteindre facilement une vitesse de croisière. A Aire , les réserves en eau et énergétiques étant déjà entamées, c’est café et ravitaillement en liquide. La montée à la sortie d’Aire et la suivante ont été avalées assez facilement, il a suffi à nos petites bêtes de ralentir et ça , elles savent le faire. Le passage à Duhort-Bahen leur a permis d’emmagasiner un peu de fraîcheur grâce à la présence d’un petit lac. L’arrivée à Eugénie après une belle descente a été très agréable. Ce village est vraiment très coquet! Nos tortues , un peu déçues de ne pas avoir encore croisé de lièvres, ont décidé de se ravitailler confortablement installées dans deux fauteuils d’un parc ombragé et fort agréablement décoré.

EUGENIE
Une vue du parc ( un petit Versailles)

Les bonnes choses ont une fin et la chaleur ne va pas tarder à arriver! Nos tortues aussi prudentes que persévérantes sont reparties afin de rentrer au bercail assez tôt. Bien sûr, leur chemin du retour ne sera pas le même que celui de l’aller. Rapidement, la montée de Bahus-Soubiran s’est présentée, elle a été franchie en douceur. Surprise, elles sont interpelées par deux messieurs installés près d’une table bien à l’ombre au bord de la route. Elles ont signale à ces aimables personnes qu’elles n’étaientt pas inscrites à la randonnée UFOLEP d’Eugénie mais en simple balade cyclotouriste. Devant leur insistance, nos deux tortues ont accepté leur offrande. Elles étaient en train de se désaltérer quand elles ont aperçu enfin les fameux lièvres plaisantins qui ont la remarquable particularit d’être de couleur  » jaune et noir ». Ils ne sont que 3, le 4ème parti avec eux a choisi de bifurquer vers un circuit plus facile. Bien sûr, nos tortues ont redémarré avant les lièvres. Ces derniers les ont doublées peu après pour tourner à gauche alors qu’elles ont filé tout droit direction Aire. On verra bien qui arrivera en première place! A Aire, nos tortues affamées ont décidé de faire une pause casse-croûte. Elles y ont fait leurs emplettes dans un commerce local. Bien sûr, elles se sont contentées d’une salade qu’elles sont allées déguster au frais et au calme sur une aire de repos située près du lavoir à Barcelonne ( du Gers). Cette salade était excellente mais son prix avait été sûrement impacté ( ça y est , j’ai enfin placé ce mot à la mode) par la hausse des carburants, la guerre en Ukraine, le Covid et la canicule… Attention, manger local , c’est bien mais dans ce cas le prix au kilo de la salade était exorbitant. Il ne faudrait pas prendre les tortues pour des canard sauvages! La suite du périple a été fait d’une alternance de petites routes et petits chemins sous une température qui augmentait peu à peu.

Nos tortues ont été très satisfaites de leur sortie. Par contre, elles ne savent pas si elles sont rentrées avant les lièvres car elles ne les ont pas revus depuis.

11 et 12 juillet : Sorties matinales pour le duo des Rouges: « Qui craint la chaleur prend la route de bonne heure et rentre avant la grande chaleur »

https://www.openrunner.com/route-details/15144944

https://www.openrunner.com/route-details/15144960

Semaine du 3 au 9 juillet
Samedi 9:  Matinée « Vivons Vélo »

Le compte-rendu sera assuré par Claude, merci aux 8 membres du club qui ont assuré l’encadrement et l’accueil, et tout particulièrement à Colette qui s’est chargée de l’accueil avant et après la balade. 27 participants, certains ont fait mieux mais à Pau le 18 juin ils n’étaient que 3…

1657821597328

1657821597337

Mercredi 6: Pour mesurer les effets à court terme du Covid, j’ai fait confiance à mon compère Dédé pour une reprise pas trop violente. Une montée à Beaumarchès pour la mise en bouche, la crête jusqu’à Bassoues, Mascaras et Laveraët, et comme ça ne va pas trop mal (et surtout pas trop vite) on grimpe la Saubolle et Armentieux avant de rentrer. Quatre côtes, 54 km et un enseignement: Dédé va bien !

Dimanche 3 : Sous la conduite de Philippe, Christel, Sylvie, Kévin et Christophe ont fait une sortie d’une bonne cinquantaine de km, sur terrain plat et à allure raisonnable. Le parcours est un secret bien gardé mais la prochaine fois on les fera suivre pour savoir où se trouvent ces chemins paisibles.

JUIN

Semaine du 20 au 26 juin 

Mardi 21 juin : Sortie d’été = sortie aisée

https://www.openrunner.com/route-details/15011811

Semaine du 13 au 19 juin

Vendredi 17 juin : Le guide des Rouges a envie d’aller randonner vers Toncens- Betplan. Donc notre paire s’en va en direction de Marciac en prenant les petites routes. Ils commencent par le « Petit Galiax » ( Paule et Tom savent de quel chemin il s’agit). A Marciac la pause café a lieu au Café des Sports bien sûr. Hélas, la nièce de notre randonneur ( ou plutôt une de ses nombreuses nièces) n’est pas encore là afin de servir son cher oncle. Tant pis, le pourboire sera pour un prochain passage. Après avoir fait le plein des bidons, indispensable à cette saison surtout avec les températures annoncées. Il est à noter que nos deux cyclos ont été prévoyants en partant de leur demeure dès 7 heures. La route Marciac, bas de Troncens, Betplan est tranquille et offre de beaux paysages campagnards . L’arrivée sur  Betplan est doublement appréciée : la route descend et elle est ombragée. A Villecomtal, pause ravitaillement à l’endroit habituel.

Nous traversons la ville décorée aux couleurs de l’OVR le club de rugby local qui va disputer la finale du championnat de France de sa catégorie. Notre guide et ancien joueur du sport-roi leur souhaite bonne chance. Le retour se fait sans le moindre  problème, nos cyclos rentrent si lucides qu’ils n’oublient même pas de prendre le pain à la « boulangerie d’Emilie » où le pain est bon et l’accueil convivial. Au final, une belle sortie de plus de 75 km. Il faut signaler que d’autres Plaisantins, Jacko et Philippe mais l’un dès le départ et l’autre vers l’arrivée , ont croisé la route de nos baladeurs.

https://www.openrunner.com/route-details/14980733

Mercredi 15 juin:

Les mêmes que le 1er juin, donc 2 seulement. Après une rapide concertation, c’est parti pour Maumusson, Viella et la longue ligne droite vers Barcelonne. Un petit vent défavorable ne nous rebute pas et les relais d’un km chacun s’enchaînent. Le retour a lieu par la petite route au pied des collines, jusqu’à Lacaussade, mais ce coquin de vent est toujours défavorable… un mystère de la météo locale ! 75 km à bonne allure, je pars samedi en vacances et je laisse le vélo à Plaisance, il faut qu’il prenne un peu de repos, et moi aussi.

Mardi 14 juin : Une petite balade pour les duettistes des Rouges. Ils ont trouvé un bon coin pour pique-niquer à Barcelonne du Gers.

https://www.openrunner.com/route-details/14961464

Semaine du 6 au 12 juin

Samedi 11 : Randonnée de Maubourguet

Ce samedi , nos amis et voisins  du SOM nous  proposaient  3 parcours dans la région Lembeye-Madiran. 5 Plaisantins ont participé: notre Président , les deux frères des côtes et le duo des Rouges.

Les 3 premiers ont vaillamment rejoint Maubourguet en voiture puis ont  bouclé le grand circuit , le duo a choisi une version personnelle. En effet, ils sont partis de leur quartier, sont allés à Maubourguet, ont effectué le petit parcours mais à leur sauce puis sont revenus en vélo aux Rouges et  ont donc présenté un bilan carbone parfait! Tous ont apprécié la variété des parcours proposés. Les Maubourguetois ont encore une fois offert un accueil aussi souriant que convivial ainsi que d’excellents ravitaillements. Il faut noter que l’équipe des organisateurs était majoritairement féminine et ces dames étaient aussi  joyeuses que compétentes.

Les 3 gaillards habitués du dimanche qui se sont trompés de jour ont effectué une Superbe randonnée . Le grand circuit les a conduits sur des routes pas empruntées depuis un moment: après la montée à Monségur, ils ont  filé vers le sud jusqu’à Séron avant de revenir sur Lembeye. Une cyclote et deux cyclos de Vic et Tarbes leur ont  tenu compagnie. Les relais passaient bien et l’absence de grosse difficulté permettait de rouler à une vitesse respectable. La belle machine s’est déréglée à Conchez de Béarn avec une crevaison intempestive (un pneu neuf, c’est pas vrai !) L’incident permet à Janine et Charles de la vallée de l’Ousse de nous rejoindre et nous sommes maintenant 7 à avoir une bonne surprise: à Mont-Duisse, on ne monte pas mais on revient par la vallée jusqu’à Corbères-Abères. Les petites bosses ont raison de Jeannot dont nous constatons l’absence, tandis que ses amis reviennent sur leurs pas pour le rechercher, les 3 Plaisantins et Janine continuent jusqu’à Moncaup et Lascazères pour boucler les 88 km. Nos « pros » ont trouvé le  circuit très agréable, bien fléché, un temps clément et le casse-croûte à l’arrivée était excellent. Ils disent  merci aux organisateurs de Maubourguet, tout comme ceux de Villecomtal et Rabastens, ils leur ont permis de retrouver avec un grand plaisir l’ambiance des randonnées.

https://www.openrunner.com/route-details/14944571

Jeudi 9 

Jeudi 9 : Au menu pour le duo des Rouges, un parcours improvisé car nos randonneurs n’ont pas d’idées précises. Monsieur prend la tête et se dirige vers Plaisance en n’oubliant pas de faire un petit tour par Tasque afin de surveiller l’avancement des travaux de rénovation de l’église. Il constate que ça avance peu à peu. Arrivé à Bonnet , il continue vers Beaumarchés mais peu après, avec l’approbation de sa coéquipière , il se dirige vers le domaine de Pagès. C’est sûr, la route s’élève mais le paysage est agréable et la circulation est quasi-inexistante. Au sommet, ils tournent vers la gauche et attaquent la route de crête qui les entraîne vers Lasserade puis après une nouvelle petite côte vers le château de Couloumé. Là, le guide décide de partir vers Lousous-Debat. Ils passent devant chez Alain le chasseur-pédaleur. Claude regarde à gauche vers son domaine afin d’essayer de l’apercevoir et de l’interpeller comme habituellement . Surprise, nos deux pédaleurs entendent un appel tonitruant mais sur leur droite . Ce n’est pas Bernadette? Cette voix n’a rien de féminin. Trop tard, notre duo est déjà dans la descente. Ils prennent la direction de la chapelle de Lartigue et pédalent en descendant au milieu des vignobles. Ensuite ils prennent la plaine de Sabazan vers Sorbets. Le temps est passé et c’est l’heure de la pause ravitaillement qui aura lieu à côté de l’ancienne demeure du garde-barrière de la ligne ferroviaire Nogaro-Riscle. Cette voie ferrée est aujourd’hui utilisée à la belle saison par le vélorail dont voici la présentation :  » Au cœur du Bas Armagnac et de la Gascogne, dans le Gers, le vélorail de l’Armagnac démarre de l’ancienne gare de Nogaro. Cette balade originale sur l’ancienne voie de chemin de fer de Nogaro à Sorbets, vous fait découvrir la  campagne gersoise avec ses paysages vallonnés sur un parcours semi-ombragé de 12km aller-retour. Montez sur un drôle de « pédalo » équipé de l’assistance électrique et  partez pour 1h30 – 2h de promenade.  En famille, en couple ou entre amis, on pédale en s’amusant!

20220609_104542

Notre duo l’a déjà empruntée avant la mise en place de l’aide de l’assistance électrique bien sûr. Leurs petits passagers avaient pris beaucoup de plaisir à faire avancer ce drôle d’engin à la force de leurs mollets et de leurs beaux « jambons » bien gascons.

Une fois bien restauré dans ce cadre fort agréable, notre duo repart. Eh oui, il faut savoir prendre les petites routes afin de découvrir de jolis coins. Ils prennent la direction de Termes qu’ils atteignent après une dernière montée avalée très paisiblement.

Au bas de Termes, surprise, nos lascars ne prennent pas la direction des Rouges. Ils partent vers Riscle. Arrivé dans ce village, ils font une halte. Bizarre, mais non, ce n’est pas piscine mais arrêt pour acheter du « pain ». Ils finiront les sacoches bien garnis. L’heure avance, il est temps de rentrer . Cette fois, le retour se fait par les Bartères , Cahuzac. Un petit détour par Izotges leur permet de passer la barre des 60 km. Au final, notre duo est rentré satisfait de ce parcours improvisé.

https://www.openrunner.com/route-details/14932040

Lundi 6 : Pique-nique au lac de Payolle pour le duo des Rouges

Ce matin , départ vélo de la boulangerie de l’Adour à Salles Adour. Notre duo attaque par un café afin de finir de se réveiller. Puis, ça y est , ils enfourchent leur randonneuse et direction Bagnères de Bigorre par la célèbre D8. Cette route en faux-plat montant est abordée prudemment par nos cyclos qui ont un peu d’ancienneté et savent qu’il faut en garder sous les pédales avant d’aborder la montée.

A Bagnères, le petit plateau est de sortie, pour les pignons on verra au fur et à mesure. Le début n’est pas très dur mais peu à peu le pourcentage de la pente augmente. Nos « grimpeurs » passent Campan puis juste avant St Marie de Campan, la route se dresse, le petit pignon est de service. Dans ce village , le traditionnel arrêt « hygiène- fraîcheur » a lieu. Puis, les petits randonneurs des Rouges attaquent la montée vers Payolle, ils sont pas mal doublés ou croisés par des camions de bovins ou ovins. Eh oui, c’est la période de l’estivage!

L’arrivée au lac de Payolle se fait sans encombres et sans trop de douleurs. C’est un peu tôt mais nos pédaleurs ont faim donc ils recherchent une table sur les berges du lac. Ils finissent assis dans l’herbe et mangent entourés de chevaux qui seraient heureux de partager les sandwichs avec eux. Mais un cyclo affamé n’est pas trop partageur. Nos mangeurs profitent bien du paysage et prennent quelques photos pour leur tribu.

Le repas est bien sûr suivi d’un café dans un petit bar du coin. Ensuite c’est la descente. Elle est facile car peu dangereuse pour une descente de montagne.

Le retour à Salles Adour se passe très bien et est bien plus rapide que l’aller. La boulangerie est fermée donc ni café ni pâtisserie. Ce n’est pas grave , notre paire est très satisfaite de sa sortie , elle a vu de beaux paysages et estime avoir bien gérer ses efforts sur ce parcours.

Semaine du 30 mai au 5 juin

Dimanche 5 juin: Ce n’est pas encore la grande foule mais c’est un peu mieux puisqu’aux 3 du dimanche précédent se sont joints Olivier et Kévin. L’occasion d’inaugurer le petit circuit de la 10ème Rando des Vendanges dont le dossier a été préparé par Claude. Direction donc le lac de la Barne, les Avérons, le moulin d’Espalanque, Esparbès et la montée sur la route des crêtes. Au passage devant le Domaine de la Rose, le ravitaillement n’est pas encore en place donc on continue en direction de Juillac et Ladevèze avant de monter à Tieste. A Préchac nous quittons Kévin qui doit encore gravir la côte de Castelnau (qu’il dit commencer à détester) et rentrons après 51 km comme prévu.

Jeudi 2 juin  :  La sortie prévue hier soir par le randonneur des Rouges est remplacé par une autre. La forme n’est pas trop là ce matin et le temps est incertain. Il faut savoir se préserver . Donc, notre duo tournera autour de son quartier sans trop s’éloigner. D’ailleurs , ce parcours leur a permis d’emprunter de nombreuses petites routes loin du bruit et de la circulation . Il faut signaler que lors de ce parcours improvisé, ils ont eu l’occasion de boire le meilleur café rapport « qualité/prix/ convivialité » . Le nom de ce lieu restera secret car il ne doit pas sortir de la famille de notre randonneur.

https://www.openrunner.com/route-details/14889159

Mercredi 1er juin: Les mêmes que dimanche sans Christian qui travaille. A nouveau nous pensons à Didier en faisant le trajet où il avait eu son accident: Castelnau, Crouseilles et la crête jusqu’à Saint-Mont avant de revenir par Saint-Germé, Cahuzac, Tasque et le bas de Termes. Joli tour de 70 km.

Mardi 31 mai :   Aujourd’hui, le Gardien des Rouges ( eh oui, on garde ce qu’on peut!) prend la plume et emploiera donc le « je » et le « nous ». Une fois n’est pas coutume, j’ai pris soin de racer le parcours à l’avance afin de savoir à quelle sauce nous allions être mangés ma partenaire et moi. Le point essentiel est d’aller prendre un café à Lembeye. Nous partons donc par nos petits chemins habituels jusqu’àu bas Vidouze. Là, surprise voire sacrilège, notre point d’arrêt est envahi par des camions de chantier. Nous réussissons à garer tout de même nos randonneuses et à faire notre halte « déshabillage » avant d’attaquer la première montée. Nous prenons la célèbre côte de la « Route des Pyrénées » si chère à l’Aigle de Sombrun. Nous traversons le gros bourg de Bassillon-Vauze puis arrivons en vue de Lembeye. Là, premier arrêt au cimetière pour remplir les bidons puis c’est la pause au bistrot du Vic-Bilh afin d’y déguster une bonne boisson chaude caféinée servie par une bien souriante tenancière. Je donne le signal du départ et nous voilà lancés sur la D3. Cette route prise dans le bons sens , c’est à dire vers Aire est un vrai plaisir. Elle descend souvent et bordé à droite et à gauche de magnifiques paysages. La descente vers le lac de Cadillon offre un panorama digne des plus beaux sites. Nous arrivons aisément au bas de la côte de Viella et là ça se corse. La montée est assez raide et en plus la chaussée est bien gravillonnée. A Viella, je commets la grossière erreur de ne pas regarder mon parcours et donc je me trompe. Cette erreur va quand même avoir des côtés positifs : des côtes en moins , un passage par Riscle et une fin de parcours sur une route plate et au revêtement idéal. S’agissait-il vraiment d’une erreur?

Au final une sortie fort agréable. Il convient de signaler que notre sens olfactif a été bien sollicité par le foin dans tous ses états: prairies récemment fauchées, foin séchant au soleil, foin mis en andain, foin embottelé , foin enrubanné … plus quelques odeurs liées à l’élevage en liberté des bovins.

https://www.openrunner.com/route-details/14877713

MAI

Semaine du 23 au 29 mai

Dimanche 29 mai:

Juste les 2 frères et le guide suprême pour un petit tour, Christian reprenant le vélo après une longue absence pour cause de travaux agricoles. Nous rendons un hommage à Didier en faisant son parcours favori par Vidouze et Monségur avant de rejoindre Caixon, Lafitole et Plaisance, 66 km pour une reprise en douceur.

Vendredi 27 mai : Le duo des Rouges est parti dans l’idée d’aller faire un petit tour vers la crête Tillac – Bars. Dès 8 heures, il s’est donc élancé vers Marciac ( arrêt café) puis Tillac. Là, il a grimpé la célèbre côte puis a bifurqué à gauche et a donc roulé sur la route de César. Le paysage est magnifique, voilà les vrais vallons du Gers. Bien sûr, la route n’est pas toute plate et s’apparente à un toboggan mais la vue est aussi belle que dégagée. De petits villages très coquets se succèdent ( Bars, Saint-Christaud, Laveraët ) sous le soleil dans leur écrin de verdure. Le casse-croûte est pris sous le caquetoire de l’église à Bars. Finalement, le retour se fait par la descente de Laveraët, le lac de Marciac puis la plaine jusqu’aux Rouges. Un parcours proche des 80 km mais que du plaisir!

Petit questionnaire à choix multiple ( ne  prendre ni le dictionnaire ni internet) 

Un caquetoire est 

       – Un lieu où le curé pouvait élever ses poules caquetantes en vue d’avoir des œufs pour l’omelette pascale/ un abri où ses ouailles devaient faire silence avant de rentrer dans l’église/ un lieu où les hommes pouvaient  se livrer à leur réflexion  pendant que les femmes  priaient dans l’église/ un lieu où les dames pouvaient caqueter pendant que les hommes prenaient l’apéro au bistrot du village.

https://www.openrunner.com/r/1485142

Mercredi 25 : Sortie des plus classiques par Villecomtal et Rabastens pour les 6 présents, mais avec une erreur de programmation. Le retraité qui a lancé l’invitation n’a réalisé qu’en route que le lendemain c’était le jeudi de l’Ascension et qu’on aurait pu rouler avec les actifs… Difficile de vivre sans calendrier et sans montre, à moins que ce ne soit le début d’une maladie bien présente chez les gens de son âge…

Mercredi  matin  25 : Le duo des Rouges a pris de l’avance sur la sortie club de l’après-midi. Il a changé de coin et est allé vers Laujuzan où il savait trouver une magnifique place pour sa pause ravitaillement. Cette pause  a été si magique que notre randonneur a failli manqué la tournée vers Caupenne à droite en bas de la côte , il s’est laissé grisé par sa vitesse et a failli finir au stade ( de rugby bien sûr) de la Plaine de Panjas. Heureusement, une pause café à Nogaro lui a permis de se remettre les idées en place de présenter ses excuses à son équipière si patiente.

https://www.openrunner.com/r/14825079

Samedi 21 : A l’occasion des 700 ans de la bastide, l’U.S.Plaisance proposait une balade de 28 km autour de notre capitale. 12 personnes ont répondu à l’invitation le matin et 12 l’après-midi. A noter que le matin 11 membres du club étaient présents, participation record pour cette année 2022, et que 7 sont revenus l’après-midi. Comme d’habitude, nous n’avons attiré que peu de non licenciés, 8 tout de même dont 5 Britanniques. L’un d’entre eux a fait le spectacle, juché sur son grand bi, il est de Tasque (mais pas du quartier des Rouges, tout le monde ne peut pas être parfait…)

Semaine du 16 au 22 mai

Jeudi 19 mai : Petit tour sur les côteaux offert par le duo des Rouges.

Tout  a roulé comme sur des roulettes . Il faut signaler encore l’accueil parfait au bar situé  sous la halle de Bassoues proche du fameux donjon.

https://www.openrunner.com/r/14825030

11 au 18 mai : Tribulations d’un Champenois au Pays Basque.

Fort des conseils du grand Jacques, le 13 je commence prudemment: Saint-Jean-Pied-de-Port vers le col d’Ispéguy et retour, une quarantaine de km mais malheureusement les 4 derniers km de l’ascension se font dans le brouillard. Le même trajet en voiture le lendemain permet de découvrir un paysage magnifique, mais la fraîcheur de la veille était bienvenue dans l’effort.

Dimanche 15, rendez-vous a été pris avec les cyclos du C.C.Garazzi: 6 solides gaillards m’attendent, aucun n’est à l’âge de la retraite, les vélos sont magnifiques…ai-je été imprudent? « C’est dommage que tu sois venu une semaine trop tôt, dimanche prochain on va faire notre premier col de la saison ». Donc pas de col, et je n’ai droit qu’à une sortie de mi-saison: 93 km, 1439 m de dénivelé, que des montées et des descentes, à croire que l’inventeur des routes plates n’est jamais venu jusque dans ce beau pays. Heureusement, le niveau de l’eau dans les bidons permet une première pause, et un rassemblement d’une trentaine de vautours près d’un bâtiment agricole une seconde. En prenant un pot à l’issue de notre sortie, le président me gratifie d’un « tu as tenu le coup longtemps quand même ». Il n’empêche que les 12 derniers km m’ont semblé bien longs…

Mardi 17: après la séance du dimanche et la reconnaissance des cols d’Ibaneta et de Burdincurutcheta, je revois mes ambitions à la baisse. Ce sera moins long et moins dur. Je choisis le col d’Osquich: 6 km de montée, ça suffira. A 2 km du sommet je rejoins un Basque d’une quarantaine d’années qui reprend le vélo après des problèmes d’asthme. Impeccable, on finit l’ascension ensemble, il m’emmène jusqu’à un superbe point de vue et on fait les 30 km du retour à Saint-Jean-Pied-de-Port tranquillement, avec ses explications tout au long du trajet. C’était moins sportif mais tout aussi intéressant.

Mardi 17 mai : Le duo  des Rouges vous offre un petit tour dans les Vignobles.

https://www.openrunner.com/r/14824926

Semaine du 9 au 15

Nous souhaitons de bonnes vacances à notre Président et son épouse. Notre chef va se frotter aux cols basques et approfondir ses connaissances en gastronomie basque. Attention aux effets secondaires du piment d’Espelette qui sont parfois gênants pour faire du vélo bien assis sur sa selle. Bon séjour . Notre club est un peu orphelin sans son papa spirituel mais nous allons essayer de faire face.

Mercredi 11 mai : Circuit des Rouges

Nous avions prévu un parcours plus long mais nous avons eu la chance et surtout le plaisir de rencontrer l’Aigle de Sombrun devant la boulangerie de Maubourguet. Nous avons discuté un bon moment avec lui mais il a bien fallu qu’on reparte lui et nous pour rapporter le pain chez nos chez nous. Nous souhaitons à sa Jany et à lui-même une meilleure santé et une bonne suite.

Capture4

Lundi 9 mai : Bonjour des Rouges

Nous sommes partis sans aucune idée de parcours. Tout s’est bien passé quoique une « petite » erreur d’orientation nous a valu de grimper un bon « raidar » entre St Germé et Lapujolle . D’ailleurs, je n’ai pas été capable de faire apparaître cette portion sur le tracé ci-dessous. Au fait, les colzas ne sont plus en fleurs et leurs gousses commencent à se former. Par contre, le maïs pointe partout le bout de son nez. Les faisans sont toujours amoureux et appellent ( ou cherchent) leurs copines .

Capture3

Semaine du 2 au 8

Samedi 7 :  D’après les informations reçues, Dédé et Jean-Michel sont allés rouler à Villecomtal sur Arros. Ils ont participé avec ardeur à la sortie parfaitement organisée par le club local. Certains licenciés de notre club étaient pris par le tournoi organisé par l’URBR , tournoi précieux pour  Claude des Rouges qui de plus y accompagnait Tom son petit-fils joueur de l’équipe des moins de 6 ans.
Seuls Dédé et Jean-Mi ont répondu à l’invitation de Villecomtal. Voulant rentrer pas trop tard et ayant vu le programme des réjouissances, il optent prudemment pour le moyen, 65km sur des routes totalement gersoises. Après un peu de plat pour se mettre en jambes, c’est vite le plat de résistance : Saint-Justin, le ravito à Marciac, Tourdun, Armous et Cau, Bassoues, la crête jusqu’à LaveraetLaveraet et le second ravito à Marciac. A partir de ce moment,nous faisons route commune avec une sympathique dame de Vic. (Elle fait partie des mille pattes, mais comme son vélo n’a que 2 pédales comme les nôtres, je ne vois pas très bien l’intérêt des 998 pattes supplémentaires…)
Le parcours n’est pas fini: il faut encore affronter le terrain mal plat de Rocourt à Blouson, la rude montée vers Tronçons et le retour mal plat lui aussi vers le haut de Betplan.
Les 2 compères et leur collègue ne regrettent pas d’avoir évité Barrade et la longue montée sur Pouylebon.

Un jour de la semaine : Sortie des pédaleurs des Rouges sans paroles ni commentaires ( eh oui, tout arrive).

Jeudi 5 : Serge, Dédé et Jean-Mi se retrouvent pour une sortie tranquille, mais ils se disent au premier nommé qui les mène de surprise en surprise : tout en évitant les côtes à la demande de Dédé, il prend tantôt à droite, tantôt à gauche, vers le sud, puis à l’ouest, un petit tour vers le nord avant d’aller à l’est, finalement une sortie pleine d’improvisation pour 80 km.

Encore une mauvaise nouvelle Nous avons appris hier le décès de notre ami et ex compagnon de route, Didier SECEILLE. Il a appartenu à l’USP Cyclotourisme de 2014 à 2018 avant de déménager pour les Landes. Nous gardons de lui le souvenir d’un gros rouleur et d’un compagnon fort agréable.

 

AVRIL

Semaine du 25 avril au 1er mai

Samedi 30 avril: Les jaune et noir de l’USP ont répondu présents à la Cantonale de Rabastens, même si c’est un peu dans le désordre. Colette et Claude ont opté pour une visite de courtoisie ( type pause café mais sans oublier de payer leur inscription)  sans emprunter les parcours proposés, Alain à court d’entraînement a choisi de rouler seul dès 13 h, Christel et Olivier ont emprunté le court avec une variante jusqu’au lac d’Arrêt Daré tandis que les 3 de mercredi s’essayaient sur le moyen à 14 h. Après la côte de Sénac en hors d’oeuvre, ce fut l’enchaînement des 3 côtes séparant Saint-Sever de Trie en guise d’entrée et après le trou normand (?) de Bonnefont, les 3 bosses jusqu’à Meilhas comme plat de résistance. La longue descente vers Goudon nous permit de récupérer avant le long faux plat  vers le lac d’Arrêt Daré. Il ne restait plus que le dessert soit 19 km avec un fort vent défavorable qui fit exploser notre groupe de 3: Serge caracolait en tête d’une groupe des Edelweiss tandis que Dédé et Jean-Mi « ramassaient les morts » sans réussir à revenir sur les costauds. 70 km pour 830 m de dénivelé.

A l’arrivée, casse-croûte, rafraichissement et remise des prix: l’USP rapporte une magnifique coupe, au titre des plus plaisants ? des plus jaunes? des plus dispersés? En tout cas c’est amplement mérité!

Merci au club de Rabastens pour son accueil, l’organisation parfaite et le fléchage impeccable.

Mercredi 27 avril:

Seulement 3 pour la sortie du jour. Comme c’est la rentrée pour Dédé après 3 mois d’interruption, on choisit de faire du plat: cap sur Villecomtal par Armentieux et Haget. Les jambes de Dédé répondant plutôt bien, Serge propose de pousser jusqu’à Sénac et de gravir une petite côte. Le retour se fait par Rabastens, Liac et  Maubourguet. 73 km, on commence à allonger les parcours, les randonnées des clubs amis peuvent commencer, nous sommes prêts.

Le beau temps est de retour. Le duo des Rouges n’hésite plus à sortir de son dodo. Il fait donc du vélo. Il vous offre les parcours du lundi 25 et du mardi 26 en cadeau :

 https://www.openrunner.com/r/14644166

https://www.openrunner.com/r/14644166

Semaine du 18 au 24 avril

Début avril cahotant

Si vous dominez les mathématiques ,  vous constaterez  que 12 de nos licenciés ont pédalé le samedi 16 . Est-ce dû à l’approche de Pâques et de ses œufs?  Ils étaient nombreux et pourtant les cloches n’étaient pas encore de retour, quoique. 

Samedi 16Belle surprise pour cette journée puisque nous sommes 10 au rendez-vous de 14 h. Dédé et Kévin n’ont plus de problèmes de genoux, Sylvie, Philippe et Alain ont retrouvé leur vélo, Christel et Olivier ont pu se libérer, Nelly a accompagné Jacques et nous a montré son VAE. Comme promis, c’est une sortie consacrée au plat, Tasque, Izotges et Cahuzac avant de gagner Riscle par le bois et de revenir par les Barthères. Après un petit tour au lac de Préchac et un détour à Ju, tout notre petit monde rentre à la maison. Comme mentionné dans l’invitation, terrain plat et 40 km au compteur. Par contre l’organisateur s’est encore planté à propos du vent et a réussi à se tromper de chemin à Riscle… Décidément, « peut mieux faire » comme il écrivait sur les copies de ses élèves dans une autre vie.

Jean-Pierre empêché par un rendez-vous, Maryse au travail, Christophe chez sa maman, notre couple en tandem pris par d’autres occupations et le duo des Rouges accaparé par ses fonctions de nounou, tout cela promet des pelotons plus étoffés, si le temps le veut bien. Mais ça c’est une autre histoire…

Samedi 16 ( suite) : Le duo des Rouges n’a pu répondre à l’aimable invitation de son Président vénéré. Il ne pouvait pas en effet être au Rdv à l’heure fixée pour le départ en raison de son rôle préféré de nounou durant la matinée. Nos deux randonneurs sont donc partis vers 14h de leur quartier général. Après une étude approfondie du sens du vent , d’un commun accord, ils partent vers le nord afin de bénéficier de l’aide d’Eole au retour. Peu après le départ, un premier arrêt déshabillage leur est nécessaire. Ils avaient oublié de tenir compte que la météo était moins froide que lors de leur périple dans le Loiret. Allégés, ils sont repartis mais ont dû faire une nouvelle halte. L’homme de ce duo avait oublié de rajuster les bretelles de son cuissard! Le bois de Riscle leur offrait au passage ces bouquets d’asphodèles. Ils ont avalé en douceur la côte de Saint Mont et traversé ensuite une fois encore l’Adour qui vaut bien la Loire. A St Germé, ils ont pris le chemin du retour avec un léger vent favorable. Après une halte casse-croûte à Lacaussade, ils ont regagné les Rouges non sans faire quelques détours afin d’avoir un compte rond ( 50 km) au compteur. Au final, une balade bien agréable par un temps radieux!

https://www.openrunner.com/r/14584747

 

Jeudi 14C’est fait, le chiffre fatidique de 4 a été dépassé. Nous sommes 5 pour la sortie du jour. Direction Maubourguet, Lafitole et Gensac avant d’aller à Monfaucon, une première pour 4 d’entre nous, seul Serge connaissait cette jolie côte. Après la descente sur la vallée de l’Arros nos routes se séparent: Maryse qui reprenait le vélo après 3 semaines d’interruption choisit de rentrer à Plaisance, tandis que ses compagnons montent à Saint-Justin avant un retour classique par Marciac et Juillac. Une soixantaine de km et pour la première fois de l’année nous avons profité de la chaleur.

Semaine du 11 au 17 avril

Capture

    Nous ne sommes pas dans les Pyrénées mais les cyclos de l’USP ont adopté le mode d’hibernation des marmottes. Au mois de mars, seules 2 sorties club ont eu lieu, le 3 et le 27, regroupant un peloton « compact » de 4 participants. Et le mois d’avril ne commence guère mieux: le Vivons Vélo de Marciac n’a attiré que 4 personnes en jaune et noir, et les réponses à l’invitation de ce jour 14 avril permettent de comptabiliser… 4 volontaires.

    Tout le monde ne reste pas au chaud: le duo des Rouges est allé randonner sur les routes du Grand Nord ( en fait dans le Loiret), Serge a multiplié les longues sorties en VTT en Espagne ou dans les Landes, Jean-Michel sort chaque jour sans pluie, et quelques autres roulent en solo.

Espérons qu’avec le retour des beaux jours et la renaissance des randonnées dans les Hautes Pyrénées et le Gers, nous aurons bientôt l’occasion de nous retrouver un peu plus nombreux et un peu plus souvent.

MARS

Semaine du 21 au 27 

Jeudi 24 mars : Notre randonneur des Rouges est-il déboussolé?

    Ce matin là, notre cyclo des Rouges est parti seul sans objectif particulier. Le début s’est passé normalement  : Izotges, Termes, Fusterouau et Aignan. Là , il prend la direction le lac et son parc accrobranches . Hélas, ces activités sont fermées et notre aventurier est obligé de renoncer à sa baignade et ses figures acrobatiques. Déçu , il repart en direction de Bétous, Sion. Première perte de mémoire, il se retrouve à l’entrée d’Averon Bergelle sur la route Aignan-Manciet. Rien de grave , il avait l’intention de passer par Manciet. Ayant atteint de village, il prend vers Bourrouillan mais décidé à quitter cette route pour prendre un raccourci vers Nogaro. Hélas, une « patte d’oie directionnelle » entraîne une nouvelle erreur d’orientation de sa part. Il se retrouve à St Christie d’Armagnac et donc doit emprunter la route de Manciet – Nogaro. Heureusement, il aperçoit le radar à temps et le passe à une vitesse autorisée. A Nogaro, tout est calme malgré l’approche du derby rugbystique AANogaro – JSRiscloise de samedi. Notre cyclo prend un café et se ravitaille. Il en profite pour faire un bilan de son trajet. Il décide que la suite de son parcours sera simple. Il se remet en route: le lycée, Urgosse, Riscle, Cahuzac, le bas de Castelnau, Mazères, Jû-Belloc, Préchac les Rouges. Pas une seule erreur de boussole sur cette dernière partie! A 11h30, il range sa fidèle randonneuse dans son garage. Bilan : une sortie fort agréable malgré une boussole un peu folle. Si vous voulez suivre son parcours, je vous propose de cliquer sur le lien suivant : https://www.openrunner.com/r/14459086

Capture

Semaine du 14 au 20

Dimanche 20 : Notre service de renseignements nous informe qu’Olivier , vice-président de l’USP Rugby  et licencié à l’USP Cyclotourisme, a été aperçu sur son vélo vers 9h30. Nous attendons des précisions sur sa sortie.

Samedi 19 : Sortie Audax local ou plutôt sans audace à la vue du dénivelé.

En ce samedi de brevets Audax 100 km, le randonneur des Rouges toujours aussi solitaire a réalisé son brevet par solidarité avec les cyclos audaxiens de ce week-end. Il vous joint ci-dessous deux versions l’une plus touristique que l’autre. Elles pourront peut-être donner quelques idées aux locaux qui veulent de lancer dans un 100 bornes. Mais quel parcours  notre cyclotouriste des Rouges a-t-il choisi? Je vous laisse le soin de deviner.

Version rapide et sans

Version rapide et sans audace

version touristique un peu plus longue
                              version touristique un peu plus longue

Semaine du 7 au 13

Jeudi 10 : Nouvelle sortie kiné pour le patient des Rouges.

Il a encore taquiné quelques côtes du secteur. Il tient à signaler que le terme de « maître » qui lui a été attribué si généreusement dans l’article précédent n’est pas justifié car il participe très peu aux sorties de son club. De plus, cet attribut fait partie de sa vie active et il jouit actuellement d’une retraite bien méritée. Bon, revenu à nos moutons. Au cours de cette sortie , il a eu le plaisir de rencontrer notre camarade Michel, l’aigle de Sombrun et a donc discuté un peu avec lui. Notre si gentil rapace va mieux , se remet petit à petit de ses ennuis de santé et envoie le bonjour à ses anciens coéquipiers ( homme et femme). Notre randonneur a eu la chance de rencontrer à Maubourguet son compère Jean-François qui fait partie comme lui du fameux groupe des trois Mousquetaires des BRM surnommé « Les randonneurs-philosophes-dilettantes ».

La côte d'Hagedet est bien la plus ardue de ce trio.
La côte d’Hagedet est bien la plus ardue de ce trio.

Semaine du 1er au 6 

Jeudi 3 mars : Sortie Club

Sans tomber dans les excès de leur maître, le montagnard des Rouges, les 4 présents continuent leur progression en allongeant un peu le parcours et en le rendant un peu plus accidenté: domaine de la Rose et crête jusqu’à Laveraët, côte de la Saubolle, montée d’Auriébat et retour par Estirac avant un dernier petit effort pour aller admirer le lac de la Barne. Un peu plus de 60 km et 550 m de dénivelé, on n’est pas encore au point pour les Pyrénées mais on commence à y songer.

Mardi 1er mars:    Comment « faire de la montagne  » sans y aller?

Notre randonneur des Rouges a essayé une solution  » Faire du toboggan » autour du beau village de Louslitges. La recette est simple: s’approcher tranquillement de ce lieu magique puis monter, descendre, monter, descendre… Il a eu la chance de croiser l’épouse de notre Dédé local . Il a réussi dans une ascension à doubler une « bande » de marcheuses guidées par Hubert de Beaumarchés , il regrette un peu que personne ne lui ait fait une poussette type Tour de France. A la fin de ce parcours doté de côtes avec des passages au pourcentage élevé, quelques chatouillements dans les cuisses lui ont rappelé son âge. Mais vous le connaissez, il ne va pas tarder à recommencer ou à partir titiller les Pyrénées.

Capture

Pour vous convaincre de vous lancer, il ne devrait pas tarder à vous communiquer le profil détaillé  de chacune des côtes les plus remarquables. Affaire à suivre.

FEVRIER

Vous pouvez aller lire les dernières affiches sur la Sécurité FFVélo et le VAE que vous signale notre Référent Sécurité Philippe Leroux .

Semaine du 21 au 27

Dimanche 27:    Sortie Club

Les 3 reçoivent un renfort de poids puisque Christophe est de la partie: le forfait d’une équipe haut-garonnaise l’a libéré de son bénévolat au rugby. Renfort momentané puisqu’il a repris ses habitudes: ses relais consistent à précéder le groupe de 20 ou 30 m, sauf dans les montées et les descentes où il est plus prudent. Comme on avance dans la saison et que la forme revient, on allonge un peu la distance (55 au lieu de 50) et on met une côte au programme, celle de Monségur en venant de Vidouze. Le retour de Maubourguet se fait par les rives de l’Echez, chemin que nous avons adopté depuis sa découverte en 2021, avant de retrouver Herès et Préchac.

Jeudi 24 févrierCapture 24 fév 22

   Aujourd’hui notre « randonneur-explorateur  » est allé à Maubourguet par la D8 pour faire sa séance de kiné. Après, il est ,bien sûr, allé boire son café sans sucre ni armagnac.

Il a pris la direction de Larreule et là repris par ses envies de découverte ou ses idées de grandeur, il a pris à droite la « Rue du château ». Il a pédalé un moment mais pas de casteL à l’horizon. Il a donc emprunté le « Chemin d’Ayza » car il a aperçu les collines de Monségur le prochain village qu’il devait atteindre. Le fameux chemin s’est révélé un vrai chemin… de terre avec herbe, boue, pierres, ornières et j’en passe. Il a fini par arriver devant un gué à traverser. Toujours aussi allergique à l’eau, il est donc descendu de sa randonneuse et à marcher en longeant un champ afin de rejoindre le bitume. Là, il a enfourché de nouveau sa chère randonneuse et a attaqué aussitôt la montée vers Monségur. Au sommet, une descente rapide lui a permis de rejoindre son point de ravitaillement « culturo-bucolique » au bas de Vidouze.

20220224_101919

20220224_102000

Il en a profité pour admirer l’endroit qui risque d’aller classer au Patrimoine de l’Unesco . Cet endroit est en effet devenu célèbre le jour où notre Président actuel alors « jeune » cyclotouriste a réussi à choir sur la chaussée à l’arrêt et sans se blesser.

Site en cours de classement au patrimoine de l'Unesco!
Site en cours de classement au patrimoine de l’Unesco!

Ensuite notre pédaleur est rentré chez lui tout à fait tranquillement.

Jeudi 24 : Sortie « club »

Toute petite affluence pour cette sortie. Il faut dire qu’en ouvrant la participation aux membres du club dont le nom de famille commence par un C et dont le prénom se termine en EL, ça limite… Reprise en douceur sur un parcours tout plat menant à Izotges, Saint-Germé par les petits chemins, Tarsac, Riscle et le bois, parcours plat mais avec vent de face à l’aller et pluie au milieu du trajet. Les 3 pédaleurs sont tout de même contents et se reverront dimanche matin.

Mardi 22 : Sortie Kiné + balade du randonneur des Rouges

20220222_100856
Proche du cimetière bien sûr

    Le trajet de cette sortie est en deux parties ( voir ci-dessous) car notre randonneur- explorateur est passé par un endroit qu’Openrunner ne connaît pas. Il faut dire que ce cyclotouriste curieux a choisi en haut de la Saubole en arrivant de Maubourguet ( c’est là qu’il va consulter son kiné préféré) d’emprunter à gauche la « Route des crêtes ». Il a insisté jusqu’au terme de ce chemin bien que seulement  500m au début et 500 à l’arrivée soient goudronnés. Ce chemin est splendide d’un point de vue panoramique mais il entraîne une attention soutenue pour esquiver les trous et bien sûr une allure adaptée. Il doit faire du vent sur ses hauteurs ( voir photo ci-dessus). Bon voilà!

Capture1

Capture 2

Semaine du 7 au 13

Samedi 12 :                          Point café à Rabastens

Ils partirent à 2 et arrivèrent à 4 à cette dégustation.

   Ce samedi 12 vers 13h50, le duo des Rouges part boire le café à Rabastens de Bigorre afin de répondre à l’invitation de Pierre éternel Président et de ses compères. Ils roulent tranquillement quand , soudain, ils entendent une voix à l’accent champenois. Surgissent alors leur dévoué Président de club accompagné de Maryse. Aussitôt, ils forment un énorme peloton! Vous remarquerez que la parité est respectée, deux femmes et deux hommes. A une allure modérée, vent de face, et en évitant soigneusement toute côte, ils arrivent à destination au marché aux bestiaux. Là, Pierre et son équipe les accueille tout souriant. Le café s’avère excellent. L’un des pédaleurs abuse un peu sur les carrés de chocolat, il se justifie en expliquant que cet écart est nécessaire pour lutter contre le stress qu’il éprouve avant le match de rugby contre l’Irlande. Il doit faire partie de l’équipe ( sur le canapé). Jean Michel lui domine mieux son stress mais fera aussi partie de l’équipe canapé . Bon, voici que nos 4 pédaleurs prennent le chemin du retour . Cette fois, le vent est bien dans leur dos. Bien sûr, ils ne prennent pas totalement le même trajet qu’à l’aller. Autant profiter de paysages différents mais ils prennent bien soin que la route soit bien plate. Toutes les conditions réunies ( vent favorable, léger faux-plat descendant, soleil, bonne humeur, bavardage…) font que ce retour se passe idéalement. En effet, nos 4 courageux sont de retour vers 17h 35. Les spécialistes de rugby sont donc déjà sur leur canapé pour assister au premier essai français d’Antoine Dupont, ils ont juste manqué les hymnes nationaux.

Ps: Le marché au bétail de Rabastens n’a plus lieu le lundi mais le mardi et sa fréquentation est en baisse. De plus, l’information de notre Président Jean-Michel diffusée dans la présentation de cette randonnée indiquant un trajet avec vent favorable à l’aller comme au retour s’est avérée fausse bien sûr mais on ne lui en voudra pas , il est si  » brave » notre Champenois.

Jeudi 10 février: Toujours le fameux duo 

Capture

Semaine du 1er au 6 : Oui, je sais ,elle ne fait que  6 jours mais je suis le chroniqueur et le chef de la rédaction!

Dimanche 6 février : L’exemplaire pédaleur des Rouges a bravé le froid afin d’effectuer le nouveau défi de Vivons Vélo. L’objectif proposé ( 55 km) a été atteint et même un peu plus.

dim 6 fév

4 février : Un petit 50 dans le coin pour les pédaleurs des Rouges. Le parcours est en 2 parties car le haut de Pouydraguin n’est pas pris en compte sur Openrunner sur quelques centaine de mètres.

1er février : Le duo des Rouges est déjà en selle. Il a effectué une sortie délocalisée à Pau.

pau 3 1er fev

Janvier

Semaine du 24 au 31

Les licenciés délocalisés des Rouges sont sortis plusieurs fois. Ils avaient sûrement faim de soleil. Les autres  licenciés du club n’ont pour l’instant rien communiqué.

Lundi 31 janvier : Eh oui, il est reparti! Certains disent qu’il est têtu. Je dirai qu’il est persévérant.30 janv

Dimanche 30 : Sortie défi Vivons Vélo . Hélas, l’application de Monsieur n’ a pas fonctionné et il devra donc repartir demain s’il veut marquer des points

30 janv

 
Jeudi 27: Un bol d’Aire
27 janv
 
Mardi 25 :  Un petit tour au lac de Bassillon sans pique-nique. Pourquoi?25 janv
 
Lundi  24: C’est assez plat24 janv
 
 
Semaine du 10 au 16

Samedi 15 :                      Sortie givréeUn givré des Rouges a eu le plaisir de faire une sortie courte mais froide de 6h30 à 9h . Il a voulu vérifier s’il gelait et ,effectivement, la température était bien inférieure à zéro. Notre pédaleur a eu froid mais est rentré assez tôt pour accompagner son Tommy à l’entraînement de rugby. Moralité : Le papi givré  n’est pas sûr d’avoir bien fait de sortir par cette température. Il s’est certainement cru encore jeune.

                                        Moins givrée ou plus raisonnableLe temps clément a permis d’étoffer le groupe, 6 participants pour une cinquantaine de km, mais avec davantage de bosses: montée de Termes, Balembitz par la crête et direction Cannet avant de revenir sur la route de Riscle à Madiran. Les 4 plus rapides ont tourné trop tôt, finissant dans une cour de ferme, et rejoignent les 2 moins rapides après avoir découvert une petite route inconnue de tous. Après la montée sur Castelnau, le peloton se sépare, nos deux jeunes amis rentrent au foyer tandis que les Plaisantins regagnent la capitale. Maryse a bien digéré toutes ces côtes et rendez-vous est pris pour jeudi (sauf qu’il va pleuvoir).

jeudi 13 : Reprise timide après 10 jours d’interruption et seulement 3 présents pour 2 vélos ! Mais le Plaisantin ne se laisse pas arrêter par ce petit problème et c’est parti pour un peu plus de 50 km sur un parcours totalement plat sur les routes du Gers et des Hautes-Pyrénées. Les jambes tournent bien, les langues encore davantage, l’année cyclotouriste s’annonce bien.

Mercredi 12:                       Le mystère de la cagoule

   Eh oui, ils ont osé nous sortir par ce froid. Ma compagne et moi-même étions tranquillement au chaud dans le garage lorsque notre guide vint nous déranger pour aller faire un tour. Parfois, notre duo humain a des idées saugrenues.

    Courageusement , nous prîmes la route. Au début, le temps de nous « réchauffer », et tout allait bien. Nous connaissions parfaitement la route : Jû-Belloc, Labatut, le bas d’Auriébat, la côte de Sauveterre et nous arrivâmes à Armentieux sans encombres. Nous entendions notre pédaleur et notre pédaleuse se plaindre de temps en temps ( j’ai froid aux mains, j’ai froid aux orteils) mais inutile de vous dire que nous riions sous cape.

    Dans ce village , eut lieu le ravitaillement . Il fut un peu plus rapide que d’habitude, vous vous doutez bien pourquoi. Nous repartîmes tranquillement lorsque soudain mon pédaleur s’arrêta au bord de la route. Nous l’entendîmes expliquer à sa compagne qu’il lui manquait sa cagoule. Sûrement que la fraîcheur de ses oreilles l’avait alerté. Notre couple se sépara alors. Mon étourdi de pilote fit demi-tour et sa coéquipière continua sa route. Sûr de retrouver sa cagoule sur le lieu du casse-croûte, mon maître n’était pas inquiet. Il arriva sur place et je le vis chercher, chercher : sur la murette, dans le buisson, dans l’herbe du bas-côté, dans son casque, dans mes sacoches… rien à faire pas de cagoule en vue ! Mais, tout à coup, il m’enfourcha de nouveau et à vitesse grand V nous rejoignîmes l’échappée. Là, je l’entendis expliquer, tout penaud, qu’en fait , il avait simplement baissé son vêtement protecteur et qu’il l’avait donc simplement autour du cou. Heureusement que des randonneuses ne peuvent pas éclater…de rire !

    La fin fut un peu plus longue que prévue car nos chauffeurs décidèrent, bien sûr sans nous consulter , d’agrandir la boucle pour atteindre la barre des 50 km.

Semaine du 2 au 9

Dès le 2 janvier, Monsieur le Président récemment brillamment réélu a inauguré l’année 2002 en compagnie de Serge. Il a trouvé son partenaire toujours aussi solide et « mal plat ». Il se plaint que les autorités ne soient pas intervenues pour calmer ce jeune homme! Le 3 décembre , le couple des Rouges a emboîté leurs roues et a fait un tour  bien plat d’une bonne cinquantaine de km   autour de leur domaine. Je sens que la modestie est de retour.

Le jeudi 6 : Il fait beau autant en profiter. C’est ce qu’ a fait notre couple des Rouges. Pour bénéficier de la température agréable : départ vers 13h. Cet horaire permet aussi d’éviter la circulation si intense dans notre coin. A 13h, les gens mangent et après c’est l’heure de la sieste. Pour un retour avant la fraîcheur, il faut prévoir un circuit pas trop long et assez facile. En plus, cela permet de ne pas  revenir  trop fatigué et ainsi de bien profiter d’une douche bien chaude. Voilà , les considérations ou conseils terminées, le parcours.

Capture essai1

 

TRISTE et TERRIBLE NOUVELLE :

     Nous avons eu la douleur de perdre notre ami Jean Pierre Robert. Il s’en allé rejoindre nos camarades cyclos: Pépé Jean-Luc, Jacky, Annie… Il a hélas fait sa dernière échappée surprise sans prévenir personne. Jean-Pierre était content sur son vélo , adepte d’un rythme tranquille et d’un dénivelé raisonnable permettant du « restons bien groupés ». Il participait volontiers à nos  petites plaisanteries comme un authentique Plaisantin et contribuait activement à la bonne humeur de notre peloton.   

Départ des sorties à partir du 20 juin à 8 heures le mercredi et le dimanche.

Ces deux sorties visent à rassembler le maximum de participants, mais vous pouvez bien sûr rouler à d’autres moments de la semaine.

Prévenez simplement les autres membres du club par mail ou par SMS.

Les licenciés qui sortent en vélo  ( même en individuel puisque cela est devenu une obligation ) seraient bien aimables d’envoyer un CR de leur périple à notre chroniqueur afin qu’il puisse alimenter cette rubrique.  Les sources d’information doivent être variées si l’on veut se faire une juste opinion OU une opinion juste . Merci d’avance.

 

Avis aux licenciés , les documents concernant l’AG de notre club adoré sont accessibles à l’onglet  » VIE du Club » à la rubrique « AG 2021 ». Vous pouvez les lire et les relire pendant ces tristes jours humides et venteux.

COMPTE-RENDU DE L’A.G. DU 4 DECEMBRE 2021
L’assemblée générale de l’USP cyclotourisme s’est tenue samedi 4 décembre en présence de Gérard Castet, conseiller départemental, et d’André Saint-Martin, vice-président du Codep 32.
Après avoir rendu hommage à Jean-Pierre Robert, membre de longue date de l’USP, un bilan de la saison 2020-2021 est dressé. Nos activités ont été sérieusement perturbées par la pandémie mais le nombre de licenciés est en légère hausse depuis deux ans et la part des féminines reste remarquable (30 %); aucun accident grave n’est à déplorer mais deux des nôtres ont quitté le peloton momentanément ou définitivement. L’investissement des licenciés et de plusieurs conjoints est resté constant et a prouvé la bonne ambiance régnant
dans le club.
De nombreuses manifestations ont été annulées dans le Gers et les départements voisins, mais le maillot jaune et noir s’est montré lors des rares événements organisés par le Codep ou dans le cadre de Vivons Vélo. En interne, pas moins de 75 sorties ont eu lieu en semaine ou le week-end, dont 3 sorties à la montagne et dans les Landes, sans compter les randonnées en couple ou en solo pour les plus prudents. 7 circuits au départ de Plaisance ont été élaborés et mis en ligne sur le site de l’Office de tourisme, parcours de 18 à 25 km destinés aux familles, et d’autres plus longs seront proposés en début d’année prochaine.
La santé financière du club est bonne et devrait permettre de « récompenser » les cyclos plaisantins lors des sorties lointaines et du repas de remise des licences en janvier.
Pour 2022 les projets fourmillent : Mai à Vélo, Vivons Vélo, des sorties montagne ou mer, des points café pour nos collègues des clubs voisins et nous l’espérons un séjour club, des sorties délocalisées et surtout notre 10ème Randonnée des Vendanges fin septembre.
Notre conseiller départemental rend à son tour hommage à Jean-Pierre Robert et nous promet de continuer à nous aider de même que toutes les associations qui font vivre nos régions, et le vice-président du Codep nous encourage et nous prodigue quelques conseils pour assurer la pérennité du club. Tous les présents se retrouvent autour du verre de l’amitié et souhaitent le retour de jours meilleurs et de la convivialité des manifestations cyclotouristes.

image0000001(8)

Suite à la demande de son coach Christophe, voici Kévin notre dernier licencié sur son nouveau vélo.

 

Le groupe des Courageux-Solidaires.
Le groupe des Courageux-Solidaires. BRAVO ET MERCI!!!

 

Notre ami Christophe a reçu son diplôme "Mérite du cyclotourisme. Il lui a été remis par le Président du CODEP 32.
Notre ami Christophe a reçu son diplôme « Mérite du cyclotourisme ». Il lui a été remis par le Président du CODEP 32. Bravo à Christophe un des membres les plus assidus de notre club et merci à Lionel de s’être déplacé en personne.